2017 : la fin approche…

Le temps passe et passe et passe et beaucoup de choses ont changé
Qui aurait pu s’imaginer que le temps se serait si vite écoulé
On fait le Bilan calmement en s’remémorant chaque instant
Parler des histoires d’avant comme si on avait 50 ans…

C’est sur ces belles paroles de Neg Marrons que je sonne l’heure du bilan 2017 !

****

L’année dernière, à peu près à la même époque, j’avais dressé un bilan vraiment pas folichon de l’année 2016 qui avait été merdique, autant pour le monde que pour ma petite personne (surtout à la fin)…

Ouh làlà, non mais regardez comme je suis manifaïk !

 

Cette année je me prête de nouveau au jeu, mais je vous préviens d’avance : ce bilan-là est beaucoup moins structuré et thématique, c’est un bilan en vrac, beaucoup plus centré sur moi, alors appelez-moi Narcisse si ça vous chante, je dois dire que je m’en fous…

 

****

Côté santé : c’est à ce niveau-là que cette année fut la plus merdique… En effet, je sais que je suis atteinte depuis janvier de colopathie fonctionnelle, et même si mes symptômes ne sont pas ce qu’on peut avoir de pire en étant atteint de cette merde, même s’il vaut mieux avoir ça qu’un cancer, même si ça n’empêche pas de vivre, je trouve que le pire c’est que ça ronge le moral…

al-bundy-gif-4La preuve en est que quand je n’ai pas de symptômes, j’en suis tellement soulagée que je pourrais soulever des montagnes, mais quand j’en ai (donc souvent), je suis au 36e dessous : envie de rien faire, irritabilité, aucune énergie, psychose que le doc soit passé à côté de son diagnostic… Ça pourrit vraiment la tête cette saloperie de colopathie, vous faites une fixette là-dessus, et comme c’est très lié au moral et au psycho (surtout chez moi étant donné que c’est le stress et un cumul d’émotions négatives qui m’ont provoqué cette maladie), un cercle vicieux s’installe rapidement : vous avez les symptômes gênants, voire douloureux –> vous psychottez dessus –> ça vous provoque encore plus de symptômes…

De plus, à cause de cette saleté, j’ai perdu un peu de mon esprit de Noël qui m’est si cher : comme je l’ai déjà évoqué à plusieurs reprises (je sais j’ai tendance à radoter dans mon blog), y compris ici, j’aime beaucoup les fêtes de fin d’année car c’est pour moi synonyme de repas et de rigolades en famille, de bonne ambiance, du plaisir d’offrir des cadeaux sympa aux proches, etc. Du coup, en général, je suis aussi impatiente que les gosses d’être en congés pour fêter dignement Noël.

Mais cette année, ce n’était pas pareil, je n’étais pas dans le même état d’esprit car j’appréhende toujours la perspective de gros repas, et là, je les enchaîne : le 24 au soir chez les beaux-parents, le 25 midi (+ grignotage toute la journée) chez mes parents, le 27 au resto avec ma famille, le 31 au soir chez les beaux-parents… Mon pauvre côlon n’a pas le temps de se reposer, je n’ai pas forcément l’occasion de jeûner entre 2 festins pour lui laisser du répit…

Par conséquent, là, je crains l’indigestion ou autres joyeusetés que connaissent bien les colopathes : lourdeurs, ballonnements, constipation ou diarrhée, spasmes, aigreurs d’estomac, nausées, perte d’appétit, mauvaises nuits… Bref la joie !

Or comment profiter pleinement des fêtes quand on se concentre sur ce qui se passe dans son ventre, guettant le moindre symptôme pour se plaindre intérieurement en mode « et voilà ça recommence… » ?

C’est pour cette raison que ce 22 décembre, quand l’heure est arrivée pour moi de dire « bonne vacances » aux collègues et de me barrer du taf, je n’étais pas du tout impatiente, bien sûr j’étais contente car vu l’ambiance de ces derniers mois au taf, tout congé est le bienvenu, mais il m’a manqué ce côté « envie de sautiller partout » que j’ai habituellement…

****

Les ascenseurs émotionnels : rien de tel pour foutre la gerbe !

Côté boulot : ouh là, le moins que l’on puisse dire est que cette année fut mouvementée concernant mon travail, avec le départ en retraite de mon patron et l’arrivée de nos racheteurs en juin… Disons que ce fut un ascenseur émotionnel : peur d’être tous licenciés éco, gros ras-le-bol de la situation, soulagement d’être rachetés, impatience d’en savoir plus, joie de voir du positif annoncé, déception due entre autres à la mauvaise organisation de la direction, lassitude due à la mauvaise ambiance et à ces mêmes problèmes organisationnels…

À l’heure actuelle je suis très mitigée car ce qui avait été promis en juin dernier n’est pour le moment pas du tout tenu et la situation de la boîte est toujours aussi préoccupante.

****

Côté moral : bon vous l’avez compris, mon moral n’a pas été top cette année à cause de mes problèmes d’intestin, mais il y a eu des « petits mieux » : les super vacances qu’on a passées en Dordogne cet été (par ici), même si une semaine c’est court pour tout découvrir (et comme par hasard, mon côlon m’a foutu une paix royale cette semaine-là), et surtout le fait qu’on ait enfin trouvé une maison en location au calme et qu’on se tire bientôt de cet immeuble dans lequel je ne supporte plus de vivre.

On se casse le 13 janvier, et franchement, chaque jour qui passe me rend plus impatiente de déménager :

Ça traduit bien ce qu’on a envie de faire dans des moments pareils…
  • depuis quelques mois, on ne sait pas pourquoi, on sent encore plus l’odeur de clope des voisins qu’avant ; avant, cette odeur n’entrait que dans notre loggia (il faut savoir que les voisins fument dans leur loggia, et que forcément, la pauvre petite planche mal coupée qui sépare nos 2 loggias ne peut décemment retenir ni la fumée, ni les odeurs de clope), mais maintenant, même en ayant la baie vitrée fermée, ça rentre dans notre pièce à vivre… À croire que le truc d’aération filtre moins qu’avant… Génial…
  • il y a quelques temps, une nana a emménagé juste en-dessous de chez nous, et depuis c’est top délire méga groove : télé à fond certains soirs, musique, discussions et rigolades la nuit dans la loggia ouverte sur l’avenue, saletés jetées par sa fenêtre (c’est un autre habitant de l’immeuble qui s’est plaint de ça, nous on ne l’a jamais vue faire mais bon…) et j’en passe…
  • quand on croit que l’office HLM ne peut pas faire pire, il arrive toujours à se surpasser : entre les rendez-vous pris avec des personnes qui ne travaillent plus chez eux et les problèmes de chaudière commune jamais réglés… C’est simple : tout marchait très bien, un jour ils sont allés y gratouiller je sais pas quoi dans cette chaudière, résultat : fuite d’eau –> court-circuit –> pas de chauffage ni d’eau chaude un samedi froid en plein hiver… Alors ils sont venus réparer, mais nous on a toujours des problèmes d’eau qui ne chauffe pas assez certains soirs et de chauffages à peine tièdes comme ce soir, d’ailleurs je me caille bien à l’heure où j’écris ces lignes… Et après avoir râlé à l’office, le prestataire nous a sorti quoi ? « Ah ben vous êtes les seuls à vous être plaints de ça donc c’est pas un problème commun à l’immeuble donc moi je peux rien faire… » donc on se démerde à chauffer l’eau à la casserole pour que notre gamine de 9 ans puisse se laver… Et on continue de se peler le cul alors qu’on paye des charges de chauffage faramineuses… Et puis entre nous, le coup du « vous êtes les seuls à vous être plaints de ça » on connaît, on a l’habitude de ce genre de mensonges de la part de l’office, donc ça veut dire au choix :
    • a) Que les autres ne se lavent pas et donc forcément ils ne se rendent pas compte que l’eau ne chauffe pas assez pour prendre une douche ;
    • b) Que l’office a eu d’autres plaintes à ce sujet mais, en bon spécialiste ès-communication, n’a pas transmis l’info au prestataire, ou même aux collègues chargés de contacter ledit prestataire ;
    • c) Que d’autres locataires ont également ce problème mais préfèrent râler dans leur barbe au lieu de se plaindre auprès de l’office (le français typique : grande gueule et petits bras) ;
    • d) Qu’effectivement nous sommes les seuls à avoir ce problème, ce qui me paraît peu plausible étant donné que c’est une chaudière commune à l’immeuble qui alimente chaque appartement en eau chaude et chauffage…

****

D’autres émotions en vrac : j’ai été dégoûtée du résultat du premier tour à l’élection présidentielle (et donc dégoûtée du résultat final de cette élection, forcément) ; j’ai été fière de l’attitude de ma fille qui s’est fracturé la malléole (aka le petit os rond sur le côté de la cheville) à l’école fin mai : elle ne s’est jamais plainte, s’est vite adaptée aux béquilles, a été compréhensive lorsqu’elle n’a pas pu aller à la sortie scolaire au musée, ni participer au spectacle de danse et au spectacle de chant ; j’ai été attristée par les décès de célébrités : Victor Lanoux, Roger Moore, Jean-Marc Thibault, Simone Veil, Claude Rich, Jeanne Moreau, Mireille Darc, Jean Rochefort,

« Ah que de rien ! »

Danielle Darrieux, Philippe Vecchi, Jean D’ormesson et Johnny Hallyday… Plus que les autres (désolée pour eux), la mort de ce dernier m’a fait vraiment quelque chose de drôle : même sans être fan du chanteur, j’ai l’impression que son décès a marqué la fin d’une époque… En perdant Johnny, la France a perdu son belge préféré, celui qui a bercé ses enfants, depuis 50 ans, avec des mélodies toutes plus célèbres les unes que les autres.

****

Donc voilà que dire d’autre sur cette année 2017, que je qualifierais, d’un point de vue général, de « sans bonne surprise » ?

Mes p’tits chouchous !

Niveau séries télé je n’ai rien accroché, et niveau musique non plus (à part le MTV Unplugged qu’ont fait mes 3 norvégiens préférés, d’ailleurs le gentil papa Noël a mis dans mon soulier le coffret 2 CD + blu-ray de ce fameux concert ^^), niveau actualités je ne vois pas grand chose de positif qui ce soit passé : toujours des attentats, toujours Trump qui fait n’importe quoi, toujours le sacro-saint fric et les sacro-saints lobbys qui gouvernent le monde… Monde qui pour moi continue de courir à sa perte…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :