0 % de réussite

Je ne vous parle pas ici du taux de réussite au bac, au brevet ou à un des nombreux autres diplômes existants et tout aussi éprouvants pour ceux qui les tentent, mais qui ne sont sans doute pas assez « télégéniques » pour que les médias nous rebattent les oreilles avec…

En même temps, à part les Sous-doués, personne — du moins je l’espère — n’a jamais connu le prestige d’un tel taux de réussite à un examen…

Source ici

0 %, c’est ici mon taux de réussite aux démarches administratives que j’avais entreprises un beau matin, toute motivée que j’étais à m’atteler à ces corvées.

Vous l’aurez donc compris, ma poisse administrative me colle encore aux basques, tel un vieux Malabar machouillé sur lequel j’aurais marché. Alors trrrremblez pauuuuuuvres mortels…

Ce jour-là, je m’étais pourtant préparé tout un programme, j’avais sorti à l’avance les documents dont j’avais besoin, bref j’étais au taquet ! Je m’étais dit qu’une bonne fois pour toutes, j’allais :

  • m’occuper de ce livret auquel je n’ai plus droit à la banque
  • faire le nécessaire pour toucher mon épargne salariale
  • procéder à l’inscription de ma fille aux tarifs préférentiels pour la cantoche l’année scolaire prochaine

Le truc pratique, c’est que tout ça peut se faire en ligne. Je n’avais donc aucune excuse, ce jour-là, pour ne pas mener à bien ces 3 projets !

Projet n° 1 : la banque

Ma banquière m’avait envoyé quelques jours auparavant un message pour me prévenir que je n’avais désormais plus droit à un livret d’épargne (qui est soumis à des conditions de revenus) auquel j’avais souscrit lors d’une période de vaches maigres, et aussi pour solliciter un rendez-vous afin qu’elle me parle des solutions d’épargne et patin couffin.

Alors elle est bien gentille la cocotte, mais ça fait 6 mois que je sais que je n’y suis plus éligible, à ce livret, et puis, les solutions d’épargne, je ne l’ai pas attendue pour m’en occuper ! Je n’ai donc nullement besoin de prendre rendez-vous avec elle pour écouter son blabla.

Bref, je lui avais donc expliqué par retour de mail que je savais déjà où mettre mon épargne (pas dans mon cul, au cas où vous vous poseriez la question) et demandé quand j’allais devoir clôturer le livret qui m’est désormais interdit.

Me voilà donc ce jour-là qui me connecte sur le site de ma banque (un des rares dont j’arrive à me souvenir du mot de passe) afin de prendre connaissance de la réponse de ma banquière.

Et là, 1re déception, 1re baisse de motivation : aucun nouveau message dans ma boîte de réception. Cette conne de banquière, comme à son habitude, n’a pas répondu à ma demande.

Alors je veux bien comprendre qu’elle n’ait pas le temps de répondre à tous les clients tout de suite, mais plusieurs jours après je n’ai toujours pas de réponse…

Qu’à cela ne tienne, il me reste encore 2 projets à mener à bien !

Projet n° 2 : l’épargne salariale

Le moment est enfin venu pour moi de toucher cette somme d’argent que j’avais placée voilà 5 ans (de base, c’était pour l’achat immo sur lequel je préfère ne pas m’étendre — pour celles et ceux que ça intéresse, vous pouvez toujours lire cet article qui me rappelle un très mauvais souvenir), et à laquelle mon ancien patron avait ajouté un abondement. Encore un avantage que la nouvelle direction nous a sucré…

Je me rends donc sur le site de l’épargne salariale, munie de mes documents (parce que là le mot de passe, pas moyen de le retenir, faut pas m’en demander trop non plus hein !).

Bon de base, j’avais envoyé un mail pour leur demander comment procéder parce que franchement, c’est pas hyper clair sur leur site. Mail auquel ils avaient fort heureusement répondu très vite (contrairement à ma banquière)…

Rép à ça, la banquière !

Me voilà donc à suivre scrupuleusement leurs indications, mais dès la 2e étape, ça coince : ils parlent de me rembourser par chèque, ce qui pour moi est hors de question ! Ayant déjà eu des déboires avec la Poste (que ce soit pour les colis ou le courrier) qui m’avait notamment paumé un chèque de loyer, je préfère opter pour le virement. J’avais déjà eu de la chance qu’il y a 5 ans, mon chèque de versement pour l’épargne salariale soit arrivé à destination sans encombre !

Mais pour qu’ils puissent me virer la somme dont il est question ici, il faut que je leur fournisse mon RIB et une copie de ma carte d’identité en cours de validité. Logique mais problématique, car à l’heure actuelle, je ne sais même pas si ma carte est toujours valide !

En effet : ladite carte était, de base, valable jusqu’en 2020. Or, entretemps, nos gouvernants ont eu la merveilleuse idée de prolonger la durée des CNI de 5 ans (ce qui a engendré le bordel qu’on connaît pour ceux qui voyagent à l’étranger). Ma carte était donc alors bonne jusqu’en 2025.

Mais finalement, nos chers gouvernants, toujours eux, ont décidé que ben tout compte fait les cartes d’identité ne seront de nouveau valides que 10 ans (pour inciter les gueux que nous sommes à se faire faire une nouvelle carte européenne biométrique machin truc). Ce qui fait que ma carte à moi est théoriquement périmée depuis l’année dernière…

À moins que cette dernière mesure à la con ne soit pas en vigueur tout de suite… Même pour les juristes de mon boulot c’est pas hyper clair.

Du coup ma carte est mi-périmée, mi-valable et re-mi-périmée derrière… Je crois que même Grüdü s’y perdrait !

Mais bon, qui ne tente rien n’a rien, je vais donc quand même fournir la copie de cette carte aux gestionnaires de mon épargne salariale, et prier pour qu’ils l’acceptent (parce que s’il faut que j’attende de subir encore moult déboires administratifs pour refaire faire ma carte avant de pouvoir toucher ma thune, d’ici là une 3e Guerre mondiale aura sans doute détruit tous les ordinateurs ainsi que le réseau Internet !).

Je m’exécute et il ne me reste plus qu’à attendre leur réponse (car il y a un délai pour qu’ils acceptent — ou non — mon RIB).

Bon ben c’est pas encore aujourd’hui que j’en aurai fini avec cette histoire d’épargne salariale…

Voilà donc encore une démarche qui n’a pas pu aboutir. Il ne me reste plus qu’à effectuer la 3e, malgré ma motivation bien entamée par ces 2 premiers projets avortés et la crainte que ma carte d’identité ne puisse être prise en compte pour l’épargne salariale…

Projet n° 3 : les tarifs préférentiels pour la cantoche

Bon j’espère au moins pouvoir aller au bout de cette formalité-là ! Les autres années je n’ai jamais eu de souci pour inscrire la petite (il faut dire que — pour une fois — le site du département n’est pas trop mal foutu), il n’y a donc pas de raison que ça change…

Le seul truc chiant, c’est que chaque année il faut tout refaire, car rien n’est conservé sur leur site.

Je commence donc, remplissant chaque champ un par un, consciencieusement, et tout se passe sans accroc.

Oups, j’ai parlé trop vite !

Car arrivée à l’étape des impôts, on me demande mon numéro fiscal (bon ça, ça va, il est inscrit sur à peu près tous les documents émanant des finances publiques) mais aussi le numéro de mon dernier avis d’impôts 2021 sur les revenus de 2020 (ou l’avis de situation déclarative correspondant).

Ça ne m’aurait posé aucun problème si l’un ou l’autre de ces documents était disponible dans mon espace personnel du site des impôts.

Sauf que bien sûr, ce n’est pas le cas !

Normalement, l’avis de situation déclarative est généré dès qu’on fait sa déclaration. Sauf que cette année, étant éligible à la déclaration automatique, j’ai juste eu à vérifier et je n’ai eu aucune modif à faire contrairement à l’année dernière, je n’ai même pas eu besoin de valider quoi que ce soit !

Alors forcément, ben ça n’a généré aucun document. Logique implacable des logiciels auxquels on confie l’automatisation de nos vies.

C’était couru d’avance mais l’élite de Bercy n’a pas anticipé le problème.

En même temps le jour où une administration française sera capable de faire preuve d’anticipation…

De toute façon, comme d’habitude dans ce pays, à vouloir simplifier les choses à l’extrême on ne fait que les compliquer.

Quoi qu’il en soit me voilà emmerdée car je ne peux pas fournir les indications demandées pour finaliser l’inscription de ma gamine !

Sachant que j’ai jusqu’à mi-juillet pour le faire, ça me gonfle prodigieusement…

J’envoie donc rapidement un mail aux impôts pour leur expliquer le problème, leur précisant bien que j’ai besoin de l’avis pour la mi-juillet. En parallèle, j’envoie également un mail au département pour leur demander s’ils ont une solution.

Réponse des impôts :

« Votre avis ne sera disponible en ligne que le 6 août 2021. Le conseil départemental est informé du fait que les ASDIR provisoires ne sont pas édités dans un grand nombre de situation. »

Notez qu’il y a un grand nombre mais une seule situation… Bref…

Ils savent donc qu’il y a un problème qui concerne beaucoup de contribuables mais ils font quoi pour le régler ? Rien.

En gros c’est « démerde-toi cocotte, mais t’auras pas ton papier à temps. »

Youpi…

Heureusement que le département de son côté m’a vite répondu pour me dire comment faire malgré ce problème (de toute façon, n’étant pas la seule, je suppose que je ne suis pas la 1re à leur poser la question) : finaliser l’inscription sans fournir les numéros de l’avis des impôts et expliquer le problème dans la case « commentaire ». Et dès que j’aurai enfin l’avis d’impôts, je n’aurai qu’à leur fournir.

Maintenant j’espère que ce n’est pas un glandu qui va traiter mon dossier, le genre de gars qui ne prend pas en compte les cas particuliers ou ne fait pas gaffe aux commentaires expliquant le problème, bref, le genre de gars sur qui ma poisse administrative me fait inévitablement tomber…

Parce que bon, ça nous ferait bien chier de payer plein pot le self alors que d’après ma fille la bouffe y est dégueu !


Donc si on résume : toute motivée que j’étais ce jour-là (pour une fois), j’ai entrepris 3 démarches administratives importantes mais… aucune n’a abouti. Taux de réussite : 0 %.

Et à l’heure où j’écris ces lignes, soit une semaine après, j’ai pu finaliser le projet 2 (ma CNI a été acceptée, youhou ! Mais bon je sais toujours pas si elle est encore valide…), je suis allée au bout du projet 3 mais sans le papier des impôts que je n’ai toujours pas, et pour ma banque… ben j’ai toujours pas de news de ma banquière. Je l’ai relancée il y a quelques jours par mail, parce que bon, ça serait pas mal qu’elle bouge son fion au bout d’un moment cette conne…


Pour le plaisir (ça mange pas de pain étant donné que la tradition de diffuser ce film en période de bac s’est perdue dans les limbes de la télé-poubelle) :


Source de la top image : http://www.leblogdemoon.fr/archives/2017/09/18/35689438.html

11 commentaires sur “0 % de réussite

Ajouter un commentaire

  1. Bon jour,
    Il faut beaucoup de patience, de persévérance, d’abnégation et inversement quand l’administration vous cherche elle vous trouve rapidement et sait vous aligner le cas échéant … 🙂
    Bon week-end 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

    1. À chaque fois je me dis « faut que je change et que j’aille dans l’agence plus près de chez moi » mais je t’avoue que j’ai la flemme, une flemme administrative qui grandit à chaque nouveau déboire…
      Et puis dans l’agence vers chez moi ils sont pas réputés pour être des flèches non plus…

      J'aime

      1. C’est vraiment pas évident.

        J’ai des soucis similaires avec mon avocat et le fgti « nous avons pas réceptionné ce document – je vous l’ai envoyé 3 fois dont 1 en lrac. – nous avons pas réceptionné ce document « .
        Raahhhh

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :