Tag abécédaire : l’enfance de Skyler #1

J’ai trouvé ce tag chez Pativore et je trouve le concept plutôt sympa, puisqu’on peut le décliner à l’infini.

Comme son nom l’indique, il consiste à égrener l’alphabet en citant un mot correspondant à chaque lettre et qui évoque quelque chose de particulier pour nous.

J’ai donc décidé de faire cet abécédaire sur le thème de mon enfance (je vous épargne le speech sur la nostalgique que je suis, vous le connaissez à force…), et plus particulièrement sur les loisirs qui m’occupaient quand j’étais gosse.

Alors préparez-vous à vous transmuter dans les années 80, c’est partiiiiiiiiii !!!

A comme…

Atari 2600

J’ai déjà évoqué la 1re console que nous avons eue mes frangins et moi dans un post Madeleine de Proust, et sur laquelle je passais des heures à me rétamer lamentablement. C’était bien avant que je devienne une boss sur Master System puis sur les jeux de voitures (Colin McRae, Need for speed, Viper racing…) sur PC et les GTA sur Playstation… Bref, je m’égare.

B comme…

Balançoire

Quel enfant n’aime pas la balançoire, franchement ?

Au camping où nous allions chaque été, il y en avait une grande, et je me balançais le plus haut possible quand j’en faisais, mon jeu favori étant de m’imaginer en pilote d’avion… (Aujourd’hui, à peine je commence à me balancer, j’ai la gerbe… C’est fou ce que j’ai mal vieilli en fait !)

Celle qu’on avait chez nous n’était quant à elle pas scellée au sol, nous ne pouvions donc pas nous balancer trop haut dessus, mais vous savez très bien que l’imagination des enfants est sans borne quand il s’agit d’inventer des jeux. Ainsi, outre les cochons pendus et jeux d’obstacles que nous pratiquions mes frères et moi, nous jouions à Goldorak, la balançoire étant alors la rampe de lancement de nos vaisseaux respectifs (Goldorak et Algorak pour mes frères, Venusiak pour moi).

Sauf qu’un jour, mon pseudo-Actarus de frangin s’est lancé un peu trop fort sur sa balançoire-rampe, les cordes se sont alors pétées et il est tombé comme un con, pendant qu’avec mon autre frère on se foutait de lui…

À part ça, le portique de cette balançoire servait aussi de cage de but pour le foot, de filet de volley et mon père nous avait bricolé un panier de basket.

C’est multifonction un portique de balançoire !

C comme…

Classe

Je ne vais pas vous parler ici de l’émission de télé La Classe, qui passait sur FR3 à l’heure du dîner et devant laquelle nous nous bidonnions en famille à cause des zéros pointés que se prenait Pompon avec ses devinettes moisies qui foiraient systématiquement.

Je vais plutôt évoquer ici une classe d’école, jeu que j’affectionnais quand j’étais petite.

J’avais tout ce qu’il fallait pour ça : une chambre en guise de classe, des peluches, des poupées, des bestioles en guise d’élèves, des vieux cahiers d’école dans lesquels restaient quelques pages blanches, et même un petit tableau noir, « hérité » de mon oncle, sur lequel je notais les leçons.

Les cancres de la classe étaient Pretty (mon Popple en peluche) et Squelette (qui, comme son nom ne l’indique pas, était un squelette que j’avais gagné dans une machine à tirette lors de la fête du village). Ils faisaient connerie sur connerie et se mangeaient des punitions quand ils ne finissaient pas l’heure de cours au piquet…

D comme…

Dessins animés

Eh oui, c’est LE loisir incontournable pour les enfants, et « à mon époque », les dessins animés, c’était quelque chose !

Entre le Club Dorothée sur TF1 (Goldorak, Les Chevaliers du zodiaque, Chevaliers MASK, Jayce et les Conquérants de la lumière, Dragon Ball, Le Collège fou, fou, fou, Princesse Sarah…), Hannah Barbera Dingue Dong sur Antenne 2 (Les Pierrafeu, Scooby-Doo, Les Jetsons, Capitaine Caverne…), Ça cartoon le dimanche soir sur Canal et FR3 qui nous gratifiait parfois de belles découvertes comme Denver, le dernier Dinosaure, on avait de quoi s’en mettre plein les yeux !

Alors certes, entre tous ces dessins animés et les séries US, on était biberonnés au petit écran, mais est-ce pire que les gosses d’aujourd’hui qui ont constamment le nez dans le smartphone ?

E comme…

Élastique

L’élastique, c’est un des meilleurs jeux auxquels nous nous adonnions dans la cour de récré.

Il suffit juste d’un élastique et d’au moins 3 participants : 2 qui tiennent l’élastique tendu à leurs chevilles, puis leurs genoux, puis leurs cuisses, puis leurs tailles, etc., et une 3e qui saute au-dessus de cet élastique sans se prendre les pieds et en égrenant les jours de la semaine.

Je n’ai pour ma part jamais réussi à aller au-delà des cuisses… Et pourtant je m’entraînais beaucoup chez moi, en utilisant 2 piles de chaises de jardin pour remplacer les 2 camarades chargés de tenir l’élastique…

N’empêche, nulle ou pas nulle, ce jeu était une bonne manière de se dépenser pendant les récrés !

F comme…

Fermette

Ah, la fermette de mes grands-parents, je l’avais déjà évoquée dans un ancien post avec tendresse et nostalgie…

Quel terrain de jeux fabuleux pour des gosses ! Animaux, dépendances, forêt, champs, grand air… Il n’y a rien de plus génial pour inventer toutes sortes de jeux !

Quel dommage que les gamins d’aujourd’hui ne puissent pour la plupart pas goûter aux joies de la ferme à la campagne…

G comme…

Giga

En 1990 débarque sur Antenne 2 une émission mythique qui va bercer les fins d’après-midis de nombreux enfants et adolescents, j’ai nommé Giga.

Source ici

Ce programme a permis de faire découvrir aux petits Français nombre de séries d’outre-Atlantique (Sauvés par le gong, Quoi de neuf, docteur ?, Major dad, Le Prince de Bel’Air, Les Années collège…), mais aussi françaises (Goal, Seconde B…).

C’était vraiment génial, et même si après l’arrêt de l’émission, la 2 a continué à diffuser, dans cette case horaire, d’excellentes séries visant un public jeune (Code Lisa, Hartley, coeurs à vif, mais aussi Friends — eh oui, ça paraît dur à croire aujourd’hui, mais France 2 fut la 1re chaîne française gratuite à diffuser cette sitcom mythique !), désormais et depuis plusieurs années maintenant, cette chaîne s’est encroûtée dans une grille de programmes pour les vieux. Regardez donc France 2 à partir de 17h, vous ne trouverez plus aucune série humoristique, mais l’émission soporifique de Sophie Davant suivie de jeux télés…

Bref, l’ère Giga est bel et bien terminée…

H comme…

Hippofolies

Source ici

Voilà un jeu de société complètement déjanté et capable de réunir petits et grands pour une grosse partie de rigolade !

Mimes, chants, dessins, pâte à modeler…, tous les moyens étaient bons pour faire deviner des trucs aux autres candidats.

Je possédais ce jeu et niveau ambiance, c’était top ! Mon seul regret c’est que la pâte à modeler était beaucoup trop dure, on ne pouvait donc rien en faire (alors que dans la pub, si je me souviens bien, ils faisaient une Tour Eiffel avec…).

I comme…

Il était une fois la vie

Ce dessin animé hyper instructif et ludique sur le corps humain n’a pas pris une ride, il a d’ailleurs été restauré (en HD) et est actuellement diffusé sur une chaîne du service public, me semble-t-il…

Bref, quand nous étions gamins, mes frères et moi le regardions sur FR3 et ensuite, nous inventions des jeux dans la maison inspirés de ce dessin animé : nous faisions les messagers, qui couraient partout avec un message à la main, puis les globules rouges, qui transportaient peluches et coussins en guise de bulles d’oxygène, puis les plaquettes, qui se tenaient devant une porte ouverte symbolisant une plaie…

Même si nos parents râlaient vu le bordel qu’on mettait, ce furent de grands moments de jeux !

J comme…

Jeux électroniques

Par jeux électroniques, j’entends les petits jeux portables dotés d’un écran à cristaux liquides qui reposaient toujours plus ou moins sur le même principe : attraper un objet.

Ainsi, mon frère aîné avait un jeu de rugby où il fallait attraper le ballon, mon autre frère avait un lot de jeux à cartouches interchangeables où il fallait attraper soit des ballons, soit des saucisses, etc.

J’avais pour ma part un jeu dans lequel je devais, avec mon sous-marin, rattraper des gens tombés d’un avion avant qu’ils ne meurent noyés. J’arrivais à des scores monstrueux avec ce jeu, et il devenait de plus en plus difficile pour moi de battre mes propres records !

Car ce qui était bien avec ces jeux, c’est qu’ils avaient une mémoire interne qui permettait de conserver les high scores. Ils servaient également de réveil, c’était vraiment pratique !

Ensuite j’ai eu des Tiger, ces jeux électroniques qui reprenaient des licences de jeux vidéo pour les adapter sur écrans à cristaux liquides. J’avais Sonic the hedgehog et Out run.

Autant Out run était plutôt sympa, autant Sonic devenait vite lassant car il fallait toujours faire la même chose, à savoir sauter sur les ennemis. De plus, dans ce Tiger, la musique était hyper agaçante…

Quoi qu’il en soit, les Tiger, arrivés juste après la Game Boy qui, elle, était une vraie console, n’ont sans doute pas laissé de trace indélébile dans les souvenirs des gens…

K comme…

Kermesse de l’école

La kermesse de l’école (ou plutôt « fête de l’école » comme on l’appelait par chez nous) était un savant mélange d’amusement et de torture pour nous.

Torture parce qu’il fallait qu’on se donne littéralement en spectacle sur scène devant les yeux émerveillés des parents…

… et amusement parce que plein de jeux étaient proposés pour gagner des petits lots amusants : pêche à la ligne, chamboule tout, course en sac…

Bref, passée la gêne de la petite danse sur scène, c’était un bon moment à passer avec la famille et les copains à gagner des petits trucs sympas (porte-clés, sifflets en forme d’oiseaux — on mettait de l’eau dedans et le sifflement rappelait un chant d’oiseau, etc.), d’autant que cette kermesse était organisée en juin, elle marquait donc la proche fin d’année scolaire et l’approche des grandes vacances !

L comme…

Lambada

Été 89, une chanson passe en boucle à la radio et sur TF1, mais aussi pendant les pages de pubs, vantant les vertus d’une boisson pétillante à l’orange, Orangina. Cette chanson, c’est La Lambada, interprétée par la chanteuse brésilienne Kaoma.

Difficile voire impossible de résister à l’envie de danser quand on voyait sans arrêt les gens se trémousser dans ce clip !

Du coup, je m’amusais à imiter les danseuses, faisant tournoyer ma jupette pour qu’on voie ma culotte.

Je vous rassure, je faisais ça uniquement dans le but d’imiter les danseuses, il n’y avait rien d’osé dans mon comportement ; je vous rappelle que je n’avais que 7 ans à l’époque…

M comme…

Mer

La mer qu’on voit danser le long des golfes clairs a des reflets d’argent…

Quand nous étions gamins, nous allions pendant les grandes vacances en Vendée dans un camping, ce qui nous donnait l’occasion d’embarquer tapis de plage, serviettes, « écran total », bouées et mon dauphin gonflable pour aller à la plage.

Baignades, châteaux de sable, chichis ou glaces, tout cela représentait le paradis pour mes frères et moi.

Et comme pour en garder un souvenir, nous revenions avec plein de sable dans nos affaires, dont les grains se dispersaient absolument partout, y compris dans des endroits improbables comme la K7 audio Alors regarde de Patrick Bruel que ma mère gardait dans la Solara et qui, ensuite, grinçait à l’écoute…

Couï, couï, couï !


Ici se termine la 1re partie de cet abécédaire dans lequel je vous raconte ma vie (ben oui, j’aime bien raconter ma vie quand je ne sais pas de quoi d’autre parler sur Mon p’tit nid…).

Je vous laisse encaisser les nombreuses révélations (pas du tout) passionnantes que j’ai faites ici sur mon enfance en attendant de vous livrer la suite…

Mais je tiens à vous prévenir d’avance : tout comme dans cet article, dans la suite de cet abécédaire, attendez-vous à du lourd !


Source de la top image : http://www.niss.fr/tag/edito/

7 commentaires sur “Tag abécédaire : l’enfance de Skyler #1

Ajouter un commentaire

  1. Eh bien, sacrés souvenirs ! J’étais de mon côté adolescente dans les années 80 et je ne connais ni Giga ni Hippofolies mais je regardais Les enfants du rock et je jouais à d’autres jeux de société ou d’extérieur, ah les souvenirs…

    Aimé par 1 personne

  2. Ah j’adore! On a les mêmes références!
    J’ai un petit côté Nostalgique moi aussi alors j’aime beaucoup ce genre d’articles;
    J’avais l’impression qu’on avait des émissions TV un peu plus sympa en soirée en effet, qu’on pouvait regarder en famille!
    Vivement la partie 2

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ^^

      oui c’est vrai que le service public notamment proposait des programmes pour les jeunes après les cours, alors que maintenant quand on voit ce qu’ils diffusent, on comprend facilement qu’ils ne visent plus du tout les enfants et ados…

      Aimé par 1 personne

  3. J’adore ta réflexion sur la balançoire: avant j’adorais, maintenant j’ai la gerbe, excellent!!
    Sinon bien qu’ayant eu mon enfance à la même période que toi, certains éléments me paraissent obscurs (jeux électroniques, hippofolies…)
    En tout cas c’est sympa ce retour en arrière nostalgique 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ^^
      Ben pour la balançoire c’est vrai que quand j’étais petite j’en faisais à fond, mais aujourd’hui à peine je me balance un peu c’est déjà trop… ^^’
      J’ai des collègues qui m’ont dit que ça leur faisait pareil, donc ça me rassure je suis pas la seule…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :