Réflexions écolo : part two

Voici venu le temps, non pas des rires et des chants (on n’est pas dans L’Île aux enfants, non mais oh !), mais de la suite de mes réflexions écolo que j’avais commencées dans cet article.

Souvenez-vous, j’y évoquais les « solutions » trouvées et le manque de jugeote de notre élite concernant les problèmes environnementaux.

Dans ce 1er article, j’avais parlé des vignettes Crit’Air et du forcing fait par l’État pour que les gueux se procurent à tout prix des voitures électriques, qui pourtant ne sont pas aussi écologiques que la propagande régalienne veut bien nous le faire croire…

Cette fois je vais vous parler de la complaisance excessive dont il est fait preuve vis-à-vis de certains pollueurs.

Ne fâchons pas les coupables !

L’exemple que je vais évoquer ici est celui des déchets.

Bien sûr il y a les grands groupes qui dégueulassent continuellement la planète (et pas seulement avec les déchets qu’ils produisent) mais qui peuvent dormir sur leurs 2 oreilles sous couvert des arrangements et autres petits cadeaux qu’ils font passer sous la table de nos dirigeants.

Et, bien sûr, ce sont ceux-là les pires puisqu’ils polluent à grande échelle.

Mais attendez, on me dit dans l’oreillette que la planète est sauvée : dans sa loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire qu’elle a pondue en 2020, notre chère élite a renforcé la « responsabilité élargie du producteur ».

En gros, la « REP », ça consiste à faire payer aux producteurs le traitement des futurs déchets que constitueront ce qu’ils produisent.

Alors, tremblez Amazon, avec vos cartons de colis de la taille d’une boîte d’imprimante pour y mettre juste un stylo ! Tremblez, Marie, Buitoni et consorts, avec vos pizzas surgelées inévitablement enveloppées de plastique ET emballées dans un carton, tremblez Mattel et autres fabricants de jouets, avec vos joujoux emballés dans du carton et ligotés par des liens en plastique et du scotch et une multitude d’autres petits trucs qui se retrouveront inévitablement dans nos poubelles !

Bref, c’est bien joli leur REP, mais il ne faut pas oublier qu’elle existe déjà depuis les années 70, et s’applique aux déchets ménagers depuis les années 90. Impressionnant l’effet puisque nos déchets s’entassent toujours plus dans les poubelles !

Ah mais suis-je bête : la REP a pour objectif de mieux recycler les déchets, pas de les prévenir ou de les réduire. Or, il faudrait peut-être commencer par là, car mieux vaut prévenir que guérir comme on dit.

De plus, même si elle est élargie pas la loi dont je parle plus haut, elle ne concerne pas encore tous les secteurs, et son extension ne se fera que petit à petit, au fil des ans. C’est pas comme si le pronostic vital de la planète était engagé…

Bref, c’est un sujet vaste dont certains éléments techniques m’échappent donc je ne vais pas plus épiloguer sur les grands groupes même s’ils mériteraient des sanctions beaucoup plus dissuasives que ce qui est en place actuellement.

De toute façon, ils ne sont pas seuls responsables : nous le sommes tous.

Eh oui Nounours, toi aussi ! Ça coûte combien le recyclage de ta marionnette, hein ?

À plus petite échelle, je vais donc maintenant évoquer les gros porcs incapables de jeter leurs déchets dans une poubelle.

J’avais, dans un article précédent, déjà parlé des déchets liés à la covid et aux conséquences désastreuses sur la nature à cause des connards qui les balancent n’importe où…

Balance tes porcs

Nous sommes le 15 avril 2021 au moment où j’écris ces lignes, et je remarque que Google, qui sur sa page d’accueil ne manque pas d’imagination pour les petites animations qu’il met lors d’événements ou de dates particuliers, affiche…

La suite si ça vous intéresse…

Je ne vous apprends rien en vous disant que l’humain laisse sa trace dégueulasse partout, notamment par le biais de ses déchets qu’il jette par terre, les laissant ensuite divaguer au gré du vent ou, charriés par la pluie, finir dans les égouts puis dans l’océan.

Paquets de chips, bouteilles, mouchoirs, emballages de gâteaux, chewing-gums, mégots… Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est varié : pas de sectarisme chez les gros dégueulasses !

Outre le manque de propreté et d’intelligence (en langage politiquement correct, on dit « manque de civisme » mais c’est un mot déjà trop compliqué pour ces abrutis) de cette catégorie d’humains, ce qui me gave, c’est le manque de réaction et de répression de la part des pouvoirs publics.

Alors oui, en principe, les « contrevenants » risquent une amende qui peut aller jusqu’à 135 euros (plus encore s’ils jettent leurs saloperies depuis la vitre d’un véhicule), mais ça reste de la théorie, car qui a déjà vu un flic mettre une amende à un trouduc qui venait de balancer son mégot dans la rue ?

Et donc, puisque niveau répression on est à la ramasse, que fait-on ? On use de « prévention », en clair, on caresse dans le sens du poil des personnes qui mériteraient plutôt des baffes.

On joue la carte du ludique, de l’amusement, car visiblement les cerveaux atrophiés de ces abrutis ne comprennent que ça (et encore…).

Ainsi, certaines municipalités installent des « vote-mégots » dans leurs communes pour que les fumeurs mettent leurs défuntes clopes dans la boî-boîte au lieu de les laisser au sol. Le principe ? Une question est inscrite sur le vote-mégot, et selon sa réponse, le fumeur mettra son mégot soit dans le troutrou de gauche, soit dans celui de droite.

La limite de ce genre de dispositifs ? Je ne suis pas sûre que des gens trop atrophiés du bulbe pour assimiler que jeter ses saloperies par terre c’est pas bien sachent lire et donc comprennent ce qu’il faut faire…

On installe également, concernant les autres déchets, des réceptacles « rigolos » visant sans doute à faire enfin réaliser aux gros crasseux que des trucs appelés « poubelles » existent et qu’il serait temps qu’ils s’en servent : paniers de basket, marelles, poubelles décorées, etc. Faute de prendre les gros porcs pour des cons (ce qu’ils sont pourtant), on les prend pour des gamins. Et il paraît que ça marche…

Notons au passage que les pouvoirs publics ne sont pas les seuls à être à l’origine de ce genre d’initiative : en France ou à l’étranger, associations, personnes lambda y vont de leurs idées de poubelles ludiques, mais aussi les entreprises privées, et ce dans la plus belle hypocrisie, comme Volkswagen qui avait installé des réceptacles émettant des bruits amusants, quelques années avant que n’éclate au grand jour le fameux « dieselgate »… « Jetez bien vos déchets à la poubelle pendant que nous on magouille sur le taux de pollution de nos diesels », telle pourrait être la doctrine de la firme allemande…

Si vous voulez approfondir le sujet, vous trouverez dans cet article du Tribunal du net plusieurs exemples des initiatives dont j’ai parlé ici.

Après, ces idées sont vraiment bien trouvées, je n’ai rien contre en soi, mais disons que je préfèrerais que leur but soit uniquement de rendre un geste réflexe ludique, pas d’inciter des gros porcs à enfin se décider à faire l’effort de mettre leurs saletés dans les poubelles qui sont à leur disposition. Parce que je trouve grave d’en arriver là !

Tout comme je trouve grave que malgré ces dispositifs ludiques, des gens respectueux de l’environnement soient encore et toujours obligés de prendre eux-mêmes l’initiative de mettre en place des opérations de nettoyage visant à ramasser les saloperies laissées par des sagouins (challenges #FillTheBottle pour les mégots, opération « Tarpin propre » à Marseille, etc.)…

Pire encore : un jour j’ai vu un reportage TV sur des chiens dressés à ramasser les ordures sur les plages (j’ai retrouvé un article du Nouvel Obs qui parle de l’un de ces chiens) !

Non mais c’est quoi ce délire ? Les animaux ne sont pas là pour ramasser nos merdes à notre place !

Bientôt ce sera à qui de mettre nos saloperies dans les poubelles ? Aux écureuils ? Aux cerfs ? Aux oiseaux ?

Donc au bout d’un moment ça va bien de jouer la carte de la pédagogie avec des cons ! Il est temps de punir les fautifs en faisant appliquer la loi : tu jettes tes merdes par terre, tu manges 135 euros d’amende. Point.

Après tout, nos villes sont maintenant truffées de caméras de surveillance, autant qu’elles servent à identifier les auteurs de ce genre d’infractions…

Non mais vous avez vu l’état des rues après la Fête de la Musique ? N’est-il pas temps de faire appliquer le code pénal une bonne fois pour toutes ?


Bref, tout ce baratin pour en revenir à la même conclusion que dans mon article précédent sur les réflexions écolo : la clé est avant tout de changer nos mauvaises habitudes, de faire « l’immense effort » de jeter nos détritus et mégots dans les poubelles ou cendriers prévus à cet effet, et d’arrêter de se conduire en gros porcs paresseux qui n’en ont rien à foutre de la nature qui les entoure et qui attendent que quelqu’un ramasse leurs merdes à leur place.

Rien de compliqué dans tout ça.


Source de la top image : Pixabay

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :