Réflexions écolo : part one…

Nous, humains, sommes quand même des êtres fabuleux…

Pendant des décennies, nous avons pollué la planète en toute connaissance de cause sans se soucier de son état ou des problèmes que ça causerait aux générations futures.

source ici

Et voilà qu’aujourd’hui, et aujourd’hui seulement, on se triture la tête à chercher des solutions pour pallier la destruction déjà bien trop entamée du caillou sur lequel nous vivons !

Et quelles solutions ! Interdire, faire payer, contraindre semblent les mots d’ordre de nos chers énarques.

Et là où il faudrait user d’une répression dissuasive, on caresse les fautifs dans le sens du poil…

Sans oublier les solutions « alternatives » qu’ils nous pondent mais qui ne sont pas sans conséquences sur ce qu’elles sont censées protéger ou préserver…

Et les énarques pompaient, pompaient, pompaient…

Voici un petit tour d’horizon en plusieurs parties de ces pseudo-solutions qui ne sont pour moi rien d’autre que des pansements sur des jambes de bois.

Enjoy…

Interdire, faire payer, contraindre

Un exemple incontournable : les voitures à moteurs thermiques.

Les voitures, ça pollue. C’est comme le caca des canards : c’est caca.

Les seuls responsables, ce sont ces salauds d’automobilistes qui ne prennent le volant que pour le plaisir de dégueulasser un peu plus la planète avec leurs gaz d’échappement. Il faut les punir !

Alors, on a déjà baissé les vitesses limites sur les nationales, augmenté le prix des contrôles techniques devenus beaucoup plus rigoureux, augmenté les taxes sur le carburant…

Les vilains automobilistes caca boudin

Cela devient une tendance dans notre cher pays : une catégorie d’usagers de la route est de plus en plus pointée du doigt par les pouvoirs publics et par les autres usagers ; il s’agit des automobilistes. **** Des chauffards sans foi ni loi… Pour conduire une voiture, on le sait tous, il faut d’abord…

La suite c'est par là…

Qu’est-ce qu’on pourrait bien leur infliger d’autre ?

Et si on instaurait des vignettes pour catégoriser les véhicules selon leur âge et ainsi interdire aux plus vieux d’entre eux de circuler ?

Et qué s’appelerio « Crit’air »…

Ça se matérialiserait sous la forme d’une petite vignette toute mimi qu’on serait obligé de coller sur son pare-brise pour montrer aux forces de l’ordre si on est un gros méchant pollueur ou un ami de la nature.

Cela dit, cette vignette serait basée non pas sur l’émission de particules polluantes de chaque véhicule, mais sur son année de mise en circulation.

Logique n’est-ce pas ? Car sous couvert de punir les pollueurs, on punit les pauvres qui n’ont pas les moyens de se payer un véhicule récent.

C’est toujours sur les mêmes qu’on tape dans ce pays et ça devient fatigant…

Et la même vignette appliquée aux jets privés de ces messieurs les ministres, c’est pour quand ?

Donc, petit à petit, les grandes villes interdisent les voitures aux vignettes les plus mal classées dans certains de leurs quartiers, mais à la longue tous les véhicules à moteurs thermiques seront bannis, on le sait bien : l’UE souhaite interdire la vente de ce genre de véhicules dès 2035.

On veut donc nous obliger à rouler en voitures électriques mais est-ce la bonne solution ?

Ce forcing vers l’électrique pose plusieurs problèmes :

  • tout le monde n’est pas égal face aux motorisations électriques :
    • en rase campagne, pas d’IRVE, les automobilistes sont donc obligés de faire plusieurs kilomètres pour trouver de quoi recharger leur véhicule, gaspillant ainsi de cette précieuse électricité… pour pouvoir en récupérer d’autre ;
    • le gars qui roule dans une vieille 205 ne le fait pas forcément par plaisir de polluer mais plutôt parce qu’il n’a pas les moyens d’acheter une Zoé ;
    • tout dépend des déplacements de chacun : certaines voitures électriques ne sont adaptées qu’aux petits trajets urbains… Le véto de campagne qui doit parcourir des kilomètres pour faire vêler une vache pour ensuite repartir en sens inverse et soigner un cheval blessé sera donc obligé de taper dans le haut de gamme de l’électrique, à savoir une voiture avec une batterie à plus grande autonomie…
  • et quid de la composition et du recyclage des batteries de voitures électriques ? Qu’on ne vienne pas me dire que les métaux rares et dangereux dont elles sont faites ne représentent aucune pollution, aucun danger pour la planète ! Si vous êtes sceptiques, je vous laisse lire cet article très intéressant de Reporterre sur les conséquences de la ruée sur le véhicule électrique : https://reporterre.net/La-voiture-electrique-cause-une-enorme-pollution-miniere.

De toute façon, pour moi la solution n’est pas là, pas dans le forcing de la part des pouvoirs publics pour que tout le monde se trimballe en Zoé ou en E-tron pour se rendre compte dans quelques années que finalement, c’était pas si bien que ça, l’électrique…

La solution c’est non seulement de changer nos habitudes (+ de vélos, de déplacements à pied, etc.), mais aussi que de vraies alternatives soient proposées aux gens :

  • une offre de transports mieux organisée (pourquoi ne pas développer plus les transports urbains par câble genre téléphériques dans les villes en altitude ?), plus complète (transports de nuit parce que tout le monde ne fait pas forcément des horaires de bureau…) ;
  • éviter de faire se déplacer les gens pour un oui ou pour un non : je ne parlerai jamais assez de télétravail mais il n’y a pas que ça ! Il faut développer les services de proximité, notamment en ce qui concerne les administrations publiques. J’attends toujours de voir passer dans ma petite commune les fameux bus France Services promis par Macron… À une époque, un camion de La Poste passait dans le bled où j’ai grandi. C’était très pratique d’avoir ce bureau de poste ambulant auquel on pouvait se rendre à pied. Malheureusement, il a cessé de venir du jour au lendemain, obligeant les habitants à prendre la voiture pour se rendre au bureau de poste de la ville d’à côté. Ce camion n’était pas assez rentable, paraît-il… Le fric, toujours le fric !

Changer nos habitudes, je pense que c’est de toute façon la clé pour sortir de cette fange de pollution que nous avons nous-mêmes créée et dans laquelle nous nous engluons tel Pierre Richard qui s’enfonce dans les sables mouvants.


Ici s’achève la première partie de cette série de réflexions écolo (autant vous dire que vous allez en bouffer de l’écologie ces prochaines semaines sur le blog !).

Je voulais partager ces réflexions avec vous parce que je commence à en avoir marre des fausses bonnes idées que la France d’en haut impose au bas peuple pour lui faire croire qu’elle se soucie de la nature qui nous entoure alors que tout ce qui l’intéresse, c’est le fric et le pouvoir. Rien d’autre.


Source de la top image : Pixabay

18 commentaires sur “Réflexions écolo : part one…

Ajouter un commentaire

  1. Bon jour,
    Article intéressant, mais je me demande, perso, si les 0,94% de l’humanité, c’est-à-dire la France, peut vraiment apporter quelque chose au bien de la planète Terre … cependant aux 0,94%, à combien s’élève leurs contributions à la perdition du monde ?
    Bonne journée
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

    1. C’est toutes les populations des pays occidentaux qui devraient changer leurs habitudes, mais malheureusement tant qu’il y aura des « toute façon le réchauffement climatique c’est de la connerie, vous avez vu comme on s’est caillé au mois de mai ? Huhuhu ! », on continuera à s’enliser dans la pollution… :-/

      Aimé par 1 personne

  2. Super intéressant. J’adore ton article.

    Pour les voitures électriques… J’ai un gros doute sur leur efficacité au niveau écolo… (Et même économique…)

    Mon boss s’en ait acheté une, qu’il a revendu presque dans la foulée..
    C’était une voiture d’ occasion.
    Bah la batterie ne tenait pas. Elle indiquait un niveau qui était faux, il devait juger au pifomètre s’il devait la recharger ou non…

    Après… Est il possible de sauver la Terre ? Est ce peine perdue ? Est ce une utopie ?

    Dans quel état gère ?

    Pouet.

    Aimé par 3 personnes

    1. Ah oui donc en fait, déjà que neuf c’est pas génial ces voitures, mais si d’occase elles déconnent à plein tubes, ça n’annonce rien de bon pour les gueux que nous sommes et qui seront obligés d’acheter des occases parce que les voitures électriques neuves sont trop chères… :-/

      J’aime

    1. De rien !
      Je suis contente de voir qu’on est plusieurs à penser pareil, même si malheureusement c’est pas ce qui va empêcher « l’élite » de mettre à exécution leur projet idiot concernant l’électrique…

      Aimé par 1 personne

  3. Tu ne parles pas de la voiture hybride.
    La voiture qui pollue à la campagne, on s’en fout des péquenots et qui est propre en ville !
    La voiture qui transporte toujours 2 moteurs (donc plus d »énergie à dépenser) pour n’en faire fonctionner qu’un à la fois.

    Aimé par 1 personne

    1. Je n’en ai pas parlé puisqu’elle est mise dans le même panier que les voitures thermiques par l’UE : apparemment sa vente sera elle aussi interdite dès 2035…
      Mais en effet, belle entourloupe là aussi, ces voitures hybrides, et tous ceux qui s’en sont procuré en toute bonne foi, pensant à tort fait un geste pour l’environnement, doivent bien se sentir cons à l’heure actuelle !

      Aimé par 1 personne

  4. On a pensé à revendre notre gros Picasso pour une hybride à cause de la nouvelle réglementation… Finalement, on ne le fera pas car elle est bien entretenue et puis, ça fait suer…
    Les voitures électriques, je suis pour mais quid de la conception de la batterie et de son recyclage…
    Je me souviens que ma mère me disait qu’après-guerre, elle avait un voisin qui avait inventé un moteur à eau. Ça marchait bien et un jour, il a disparu…

    Aimé par 1 personne

    1. Le voisin a disparu ?
      Tu sais il existe je suis sûre des alternatives potables au moteur thermique, sans passer par l’électricité, seulement voilà, ça n’est pas mis en avant car le gouvernement refuse d’entériner le truc, comprends-tu, avec la marge qu’il se fait sur les taxes appliquées aux carburants « officiels », il aurait trop à perdre à accepter que des voitures roulent au colza par exemple… (voici un article de 2006 sur ceux qui roulent au colza : https://www.leparisien.fr/archives/le-plein-de-carburant-et-le-colza-en-douce-15-06-2006-2007075621.php)

      Aimé par 1 personne

  5. A la radio, un débat sur la voiture, un mec disait qu’il fallait que les autres fassent comme lui : s’acheter une voiture électrique. Il esquivait sa réponse à la question de l’animateur journaliste « combien la voiture? » et il a fini par lâcher 90 000 e. Entre Paris et Clermont, il devait s’arrêter recharger. L’animateur lui a demandé s’il croyait que tous avaient les mêmes moyens que lui.

    Aimé par 1 personne

    1. Sinon nous la France d’en bas, il faut qu’on se rabatte sur des voitures électriques d’occase qui déconnent à pleins tubes, comme c’est arrivé au boss de Cercle parfait…
      Bref, on est pas sortis du sable avec cette histoire !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :