C’est le temps des semis, le temps du jardin…

… Et de l’aventuuuureuuuh….

Si je commence à me prendre pour Françoise Hardy, c’est que mon état mental ne s’arrange pas !

Bref, le mois de mars est là, il est bon, il est frais mais ensoleillé, il nous donne l’envie de jardiner alors, soyons fous : jardinons !

Car pour de nombreux jardiniers, amateurs ou non, ce mois est placé sous le signe des semis sous abri, et je n’échappe pas à cette règle, pour ma plus grande joie, motivée que je suis à reprendre pour de bon l’un de mes passe-temps favoris (oui c’est vrai, j’ai déjà commencé le mois dernier avec la plantation d’ail, mais l’ail, c’est le genre de végétal qui fait sa life tout seul, faut juste lui foutre la paix et attendre que ça pousse. The plante indépendante, quoi) !

Vous trouverez ci-dessous un petit medley, sous forme de diaporama, de mes articles sur le grattage de terre…

J’ai donc commencé le 10 mars mes premiers semis en intérieur, à savoir tomates et poivrons.

Le 13, j’ai enchaîné avec des semis de poireaux et de choux romanesco.


Les tomates

Il s’agit d’une variété qui pousse en grappes et porte le doux nom de « Pépite ».

Jusqu’à maintenant niveau tomates, je n’avais cultivé que des tomates-cerises. J’ai donc voulu changer cette année tout en restant sur des fruits pas trop volumineux. Les grappes étant un bon compromis, j’ai jeté mon dévolu sur cette variété que j’ai trouvée en jardinerie.

J’ai donc semé ces graines dans 6 godets. Espérons que ça pousse !

Les poivrons

Il me reste des graines de poivrons du « kit ratatouille » que ma fille avait eu il y a quelques années à Noël.

Certes, l’année dernière ces graines n’avaient pas donné grand chose à l’exception de quelques semis agonisants qui avaient fini par crever lamentablement, mais comme je suis têtue, je persiste.

Si une fois encore ça ne donne rien, ça sera la révolte !

Bien entendu, je plaisante : je ferai cadeau du reste de graines aux oiseaux qui viennent dans le jardin et j’en achèterai de nouvelles, car à mon avis, celles que j’ai là ne doivent pas dater d’hier (d’ailleurs, même pas sûre que les piafs en veuillent) !

En attendant, j’ai semé ces graines dans 3 godets (inutile d’en mobiliser plus pour des vieilles graines qui ne donneront sans doute rien — c’est que j’ai pas que ça à semer, moi !).

Les choux romanesco

Cette année, dans la catégorie 100 % new, je me lance dans le chou. Plus précisément, le plus beau de tous les choux : le romanesco.

J’apprécie ce chou autant que le roi burgonde apprécie les fruits au sirop.

Il faut dire que non seulement il est beau avec ses tourelles, véritables symboles de la perfection faite chou, mais qu’il est aussi doté d’une saveur douce, beaucoup plus neutre que ses cousins les autres choux.

J’ai donc réservé seulement 3 godets pour les semis de graines de ces précieux légumes (de variété Natalino) qui ne sont paraît-il pas les légumes les plus faciles à faire pousser. Et puis, n’oublions pas que je n’ai pas un coin potager immense, et les choux, si tant est qu’ils poussent, ça prend de la place !

Les poireaux

Aaaah, les poireaux, rien que leur odeur me donne faim ! Elle me rappelle quand feue ma mémé faisait son potage avec les légumes du jardin… Miam…

Encore une nouveauté pour moi cette année niveau jardinage, ces fameux poireaux !

Il ne me restait que 3 godets de libres dans ma mini-serre, je n’ai donc pas pu consacrer plus de place à mes semis de poireaux. Qu’à cela ne tienne, si je vois qu’ils fonctionnement bien, j’en ferai en plus dans mon autre mini-serre !

S’agissant de poireaux d’hiver Race Vernor, j’ai le temps de faire des semis ultérieurs et j’espère d’ici la fin de l’année me régaler de délicieux poireaux !

Les semis en pratique

Je vais ici vous décrire comment j’ai procédé pour faire ces semis, non seulement pour que les 100 % novices qui passeraient par là aient une petite idée de la marche à suivre, mais aussi pour que les jardiniers un peu plus confirmés que moi (ce qui n’est pas difficile à trouver) n’hésitent pas à me donner des conseils s’ils voient que je m’y prends comme un manche.

Étape 1 – Préparer le substrat

Pour cela, j’ai utilisé un terreau spécial semis acheté en magasin et du marc de café (ceux qui me lisent régulièrement commencent à savoir à quel point je chéris cette poudre magique pour le jardinage).

J’ai mis du terreau dans une bassine, et j’ai bien secoué et regardé pour vérifier qu’aucune bestiole ne gigotait là-dedans (il m’est arrivée d’acheter un sac de terreau universel infesté de sciarides, ces petits moucherons noirs qui volent autour des plantes d’intérieur et de nos nez humains ; je ne l’utilise donc que pour le rempotage en extérieur, sans quoi bonjour l’infestation à la maison !).

J’ai ensuite mis de l’eau pour bien humidifier mon terreau, avant d’y ajouter mon marc de café, encore humide lui aussi.

Étape 2 – Remplir les godets

Après avoir mélangé, j’ai mis ce substrat dans des petits godets en plastique fournis avec la mini-serre que j’ai achetée en jardinerie.

NB : Rien n’oblige le jardinier amateur à acheter ce genre de mini-serres : il est très facile d’utiliser des boîtes de récup comme les barquettes en plastique des poulets rôtis vendus en magasin, ou celles des viennoiseries. L’important est d’avoir un fond et un couvercle transparent qui ferme bien. Pour ma part, j’ai racheté une mini-serre car je n’avais pas pensé à mettre de côté l’une de ces fameuses barquettes. De toute façon, ce n’est pas de l’argent jeté par les fenêtres, puisque la mini-serre me resservira plusieurs années, comme celle que j’ai déjà.

J’ai ensuite déposé 3 graines dans chaque godet, que j’ai recouvertes d’un peu de substrat supplémentaire.

J’ai tassé pour que les graines soient bien ensevelies sans l’être trop profondément.

J’ai ajouté une couche de marc sec afin de prévenir l’infestation de sciarides (je ne sais pas si ce sera efficace, mais j’aimerais bien car jusqu’à maintenant je n’ai trouvé aucune solution maison miracle contre ces petites emmerdeuses volantes qui me tapent sur le système).

Étape 3 – Étiqueter

Pour étiqueter, j’ai utilisé des couverts en bois que fournissent les fast-food et que nous n’utilisons jamais (je préfère manger mon Mac Flurry avec une bonne vieille cuiller en inox qu’avec ces trucs en bois désagréables en bouche).

J’ai inscrit au feutre, directement dessus, le nom de la plante et la date de semis, avant de planter ces couverts dans le 1er godet de chaque rangée utilisée. Vous pouvez d’ailleurs voir le résultat sur la photo que j’ai mise en bannière.

Étape 4 – Placer ses semis dans un endroit adapté

Enfin, j’ai refermé la mini-serre avec son couvercle transparent, avant de placer celle-ci sur un tabouret non loin du radiateur (qui ne carbure jamais à fond, je vous rassure).

Ainsi, mes semis ont à la fois la lumière naturelle qui passe par la grande fenêtre du salon (sans être jamais exposés directement au soleil) et la chaleur diffusée par le radiateur si nécessaire.

C’est qu’il faut les chouchouter, ces petits !


Voilà donc pour ces premiers semis de tomates, poivrons, choux romanesco et poireaux, j’ai hâte de voir pointer les premières pousses !

Si tout va bien (traduction : si j’ai pas la flemme), je procéderai prochainement à mes 1ers semis directement en place, à savoir : persil, radis et carottes.

Mais bon, il faut que la météo ne me joue pas de mauvais tours, le mois de mars étant tellement instable…


Tradition (faites gaffe, moi j’ai envie de dormir chaque fois que j’entends Françoise Hardy chanter…) :


Source de la top image : https://twitter.com/kadoc10/status/773588373227249664

Sources des images en bannières :

  • tomates, poivrons, choux, poireaux : Pixabay
  • semis : Mon p’tit nid

3 commentaires sur “C’est le temps des semis, le temps du jardin…

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :