Il n’y a que l’ail qui m’aille…

Ce titre vous rappellera sans doute un slogan publicitaire devenu célèbre dans les années 80 et 90 et vantant une marque de moutarde. *

Mais c’est d’un autre condiment que je vais vous parler ici : l’ail.

Sa plantation faisait partie de mes projets jardinage pour 2021 (pour les autres projets, allez donc voir ci-dessous).

Et comme en bonne jardinière j’étais impatiente de pouvoir reprendre plantations et semis pour cette année, j’étais contente qu’on soit enfin mi-février pour commencer avec cette liliacée apparue il y a environ 5 000 ans en Asie centrale (un peu d’histoire de temps en temps ça fait pas de mal).

Je vois que l’histoire passionne du monde ici…

Choix

J’ai donc acheté un filet d’ail rose de plantation. Pourquoi rose et pas blanc, par exemple ?

  • Parce que l’ail rose se plante plus tardivement que les autres (février-mars) pour une récolte printanière, tandis que le blanc et le violet sont des variétés automnales. Et comme le printemps est plus proche que l’automne et que je n’avais pas la patience d’attendre plusieurs mois…
  • Et puis aussi parce que je n’ai trouvé que de l’ail rose en magasin.

L’ail rose est un ail de printemps qui se plante en février et mars.

Plantation

Le temps ayant viré au presque agréable (exit la pluie et le froid) mi-février, j’ai donc décidé de planter 7 premiers caïeux le 17. D’aucuns me diront « halte là ! L’ail rose n’aime ni l’humidité ni le froid et l’hiver n’est pas fini ! » Je sais bien, mais je me dis que si ces caïeux ne donnent rien, j’en ai d’autres dans mon filet que je pourrai toujours planter plus tard… Et puis, au jardin, c’est en expérimentant et en faisant des conneries qu’on apprend !

Moi aussi, je m’en doutais un peu…

Niveau rotation des cultures, le coin où j’ai décidé de faire pousser mon ail était celui où j’avais mes plants de tomates-cerises l’année dernière. Or, les tomates sont des fruits très gourmands qui pompent beaucoup d’éléments à la terre qui les a fait pousser. J’ai donc vérifié sur des sites de jardinage que l’ail n’était pas trop gourmand pour succéder aux tomates, et apparemment ce n’est pas le cas.


Pour info :
On peut également planter de l’ail après une culture de légumineuses ou de pommes de terre.
Après l’ail, plusieurs sites préconisent d’attendre au moins 4 ans avant de replanter des alliacées sur la même parcelle, tandis que d’autres expliquent qu’il n’y a pas besoin d’attendre autant si aucune maladie n’a touché l’ail que l’on a cultivé.


J’ai donc rapidement travaillé le coin de terre destiné à accueillir les caïeux, et constitué la butte dans laquelle je les ai plantés. Cette technique permet d’éviter à l’ail de se retrouver à patauger dans une terre trop chargée en eau lorsqu’il pleut, l’eau de pluie s’évacuant alors de la butte pour aller dans la terre qui se trouve à un niveau plus bas. Car, rappelons-le : l’ail n’aime pas l’humidité, et par-là même la pluie.

L’ail n’aime pas l’humidité, mieux vaut donc le cultiver sur buttes.

Silence, ça pousse !

• 25 février : l’un de mes caïeux commence déjà à germer. Il faut dire que la météo est idéale pour de l’ail : pas une goutte de pluie depuis que je l’ai planté et un temps hyper agréable. Le printemps avant l’heure, quoi !

Je tiens à préciser que je ne crame personne…

• 26 février : les germes de 4 caïeux de plus commencent à sortir de terre. 5/7, c’est pas mal comme résultat ! Malheureusement, dans l’après-midi, le ciel s’est subitement couvert et le temps s’est rafraîchi d’un coup… Pour l’instant il n’a pas plu mais espérons que nous resterons au sec…

Et la récolte ?

La récolte de l’ail rose, qui est un ail de printemps, se fait en juillet, lorsque les feuilles sont fanées.

J’ai donc encore le temps avant de pouvoir en profiter !

Mais ne vous inquiétez pas, je vous parlerai du résultat de ma récolte en temps et en heure !

L’ail de printemps ne se récolte pas avant juillet.


*Pour les nostalgiques…


Source de la top image : https://www.petitgoeland.fr/Ail-Be-Back/26634-1643502-Tee-shirt-homme-Ail-Be-Back.html

Source des images utilisées dans l’article : Pixabay

8 commentaires sur “Il n’y a que l’ail qui m’aille…

Ajouter un commentaire

  1. La grande majorité des membres de ma famille est dans l’agriculture et de manière dominante dans l’ail (Le Rose de Lautrec – AOC siouplé!) Et l’un des cousins produit de la semence, peut-être celle-là même que tu as acheté!
    Et le semencier qui lui achète sa production a une exigence forte et incontournable: un réseau d’arrosage high-tech contrôlé à distance, car l’ail (celui destiné à la semence je précise)ne doit jamais manquer d’eau. Arrosage forcé même!
    Localement, cette culture vaut de l’or!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :