Les anti-télétravail : entre orgueil et préjugés

Je sais, je sais, je vous gave avec le télétravail, j’en parle souvent sur le blog mais je n’en démords pas : pour moi il n’est pas normal du tout qu’en 2020, tant d’employeurs français y soient aussi hostiles quand la plupart de leurs salariés effectuent un travail de bureau.

gunther

Le plus désespérant dans tout ça, c’est que si certains craignent pour les conséquences que peuvent créer l’isolement du salarié et le manque de limites entre sa vie pro et sa vie perso, la plupart des arguments avancés par les anti-télétravail, qu’il s’agisse de patrons ou de salariés, démontrent un orgueil digne du patronat du siècle dernier et sont un ramassis de préjugés de chefaillons et de réac jaloux et sans cervelle…

Orgueil

Les employeurs veulent garder la faculté de fliquer leurs salariés, en mode « c’est moi le patron ! », pour voir s’ils arrivent bien à l’heure, s’ils sont bien à leurs postes, le cul vissé sur une chaise de bureau 8h par jour, s’ils ne vont pas discuter des dernières séries Netflix ou de leur week-end avec les collègues… (mais à part ça, les anti-télétravail argumentent à tout va qu’il faut maintenir un « lien social » avec les collègues — c’est pas en restant sagement dans son bureau qu’on va le maintenir, ce soi-disant lien)

groupirBref, en présentiel les employeurs peuvent garder les salariés « groupir » sous leur surveillance, tandis qu’à domicile, on ne sait pas si ceux-ci sont en train de faire une partie endiablée de FIFA ou partis chez Bree jouer au poker en mangeant des scones…

Mais, comme ils sont trop orgueilleux pour admettre la vraie raison de leur aversion envers le télétravail, les patrons se cachent derrière des prétextes plus merdiques les uns que les autres pour justifier leur refus.

Dans ma boîte, THE excuse, c’est « si je vous l’accorde à vous, faut que je l’accorde à tout le monde ». Ben non, vu que la plupart de mes collègues ne veulent pas télétravailler.

Ou alors « on a pas le matériel nécessaire ». Alors c’est vrai qu’avec le confinement décidé plus ou moins en catastrophe par Manu, la plupart d’entre nous avaient emmené leurs ordis du taf chez eux, et que dans le cas d’un télétravail juste quelques jours par semaine, ce serait impossible de faire pareil, mais on a des PC en rab dans l’entreprise qui « dorment » depuis plus d’un an et n’ont jamais été utilisés ! Pour preuve : quand il y a vraiment besoin de remplacer un ordi, on en trouve ! C’est fou non ?

coincidence

Préjugés

C’est un fait : nous vivons dans un monde où les préjugés ont la vie dure, et malheureusement, le télétravail, symbole de modernité et d’avancée sociale visant à faciliter la vie de certains salariés, en est une victime toute trouvée, surtout dans notre pays où prévaut une mentalité de gros arriérés.

  • Il n’y a qu’à lire les commentaires d’internautes…

« les heures effectives ne sont pas faites une perte certaine pour la société qui les emploie »

Ah bon ? La personne en télétravail ne fait pas ses heures ? Sur quelles statistiques se base cette personne ?

kaamelott-quoi

Je dirais même que c’est plutôt le contraire : on est déjà sur place donc aucun risque de retard pour une raison ou pour une autre, et aucune tentation de gruger en partant plus tôt au nez et à la barbe de son boss…

« Il est beau notre avenir dans ce pays avec tous ces salariés qui rêvent de devenir femme/homme au foyer… »

N’importe quoi, franchement ! Perso je ne vois pas comment j’aurais pu jouer les housewives quand j’étais en télétravail, à passer l’aspi tout en faisant mes copier-coller… Je n’ai pas des bras à rallonge contrairement à l’Inspecteur Gadget !

« Les gens ne travaillent pas en télétravail. […]
Les vrais travailleurs, ceux qui aiment leur travail le font au bureau ! »

Euh, je bosse au bureau et pourtant je hais mon taf… Et je connais plein de gens qui sont dans la même situation que moi, ma boîte est loin d’être une exception !

ilovemyjob

« pour certains c’est téléglandouille plus qu’au bureau »

« ceux qui voudraient bien rester à la maison, en faire le moins possible pour la même paye, ceux-là se réjouissent [du télétravail] »

Même s’il faut avouer que le mot « téléglandouille » est marrant, il faut surtout savoir que certain(e)s n’attendent pas d’être chez eux/elles pour ne rien branler pendant leur temps de travail et prétexter être débordé(e)s pour que personne ne s’avise de leur demander d’accomplir une nouvelle tâche (j’en ai plusieurs spécimens dans la boîte où je bosse).

book-pictoDécouvrez ou redécouvrez :

Des nouvelles du front

De plus, n’oublions pas que plusieurs études tendent à prouver que la productivité est meilleure en télétravail, car on n’est pas dérangé pour un oui ou pour un non, on est moins parasité par le stress qu’on éprouve quand on est en présentiel, et on a tendance à bosser plus car on se sent obligé de rassurer les patrons en leur prouvant qu’on se débrouille mieux en télétravail qu’en entreprise…

« un téléplombier, ça existe ? »

Toujours cette manie de comparer ce qui n’est pas comparable…

Bien sûr que certains métiers ne peuvent pas se faire en télétravail, mais vous imaginez 2 secondes un plombier rester le cul sur un siège toute une journée à pianoter sur un clavier d’ordi ? De base, quand on choisit de devenir plombier, c’est parce qu’on aime bouger, on est manuel, on a pas envie de rester assis plusieurs heures par jour devant un écran…

Donc il faut arrêter, au bout d’un moment, avec ces contre-arguments pourris !

kaamelott-effort

Il y aurait d’ailleurs fort à parier que les personnes qui sortent ce genre d’inepties sont les mêmes qui prétendent que les profs ont un boulot peinard avec toutes leurs vacances…

  • …, ou écouter les pseudo-débats télévisés, comme celui dont j’avais déjà parlé dans un article précédent…

book-pictoDécouvrez ou redécouvrez :

Back to the office

  • …, ou encore rechercher une image en tapant le mot clé « télétravail » sur un site de photos.

Du gars en haut de costard et bas de pyjama à la nana qui pianote avec le chat sur les genoux ou le(s) gamin(s) à côté d’elle, on a là un bel aperçu de tout ce que l’humain peut pondre en matière de clichés !

teletravail-cliches

Et encore, ce n’est là qu’un échantillon… (site : Adobe Stock)

Même les pubs télé nous montrent une image erronée du télétravail : souvenez-vous de la pub Cofidis montrant un jeune papa chez lui en train de suivre une visio et de jouer avec ses gosses en même temps…

Bref, ne nous leurrons pas : tant que les médias contribueront à véhiculer ce genre d’idées reçues à la con, on est pas près d’avancer !

sable

Pas d’obligation = pas d’application

Le bled où se situe ma boîte est passé en zone « rouge foncé » (enfin, je sais plus exactement comment le gouvernement appelle ça, avec toutes les déclinaisons de zones rouges qu’ils ont inventées…), ce qui signifie en gros que dans cette zone, comme dirait Arthur, « ça pue du cul mais violent ».

Le préfet a donc annoncé de nouvelles restrictions applicables dans les villes concernées (port du masque en centre-ville et aux abords des crèches et écoles, fermeture des bars à 22h, etc.). Parmi ces mesures figure la suivante : « le télétravail est fortement recommandé ».

friends-joey-waw

Ben c’est bien tout ça, mais tant qu’il ne sera pas imposé, ne croyez pas que la plupart des patrons concernés l’appliqueront ! Et les miens encore moins !

Est-ce qu’un jour dans ce pays, un gouvernant sera capable de porter ses couilles et de prendre une vraie décision ferme, au lieu de rester constamment dans le compromis pour caresser le patronat dans le sens du poil, tout en feignant de se préoccuper du salariat ? Faut-il rappeler qu’il est question de notre santé, là ???


Source de la top image (bidouillée par mes soins) : https://www.lecteurs.com/ebook/les-cinq-filles-de-mrs-bennet-orgueil-et-prejuges/2176

25 commentaires sur “Les anti-télétravail : entre orgueil et préjugés

Ajouter un commentaire

  1. On est dans la même bateau. Mon boss ne veut pas entendre parler de télétravail si ce n’est pas obligatoire… Alors que ça serait tellement plus simple et moins stressant ! Donc à moins de le déclarer obligatoire, je vais devoir me taper les transports et mes 8h de boulot ! Courage !!

    Aimé par 1 personne

    1. Déjà, quand je vois que même à un collègue opéré du poignet avec interdiction de conduire, mes boss ont refusé le télétravail, et quand je vois qu’en région parisienne, où ils sont passés en alerte maximale, il n’y a toujours pas d’obligation concernant le télétravail, je me dis que c’est pas demain la veille que mes connards d’employeurs l’accorderont à nouveau…
      D’ailleurs je ne sais pas ce qu’il faudrait pour obliger tous les employeurs concernés à instaurer le télétravail, à moins d’un nouveau confinement… :-/

      J'aime

  2. Franchement, je suis complètement d’accord avec ce que tu dis ! Alors non, je n’ai jamais fait de télétravail (dans ma boite « on peut pas ») mais je pense que j’aurais l’autodiscipline pour faire toutes les taches que l’on me demande de faire sans doute beaucoup plus efficacement que quand je suis au bureau, dérangé par des gens ou quoi que ce soit.
    Pendant le confinement, le pays a bien continué de fonctionner alors qu’une grande partie de la population était en télétravail alors pourquoi ne pas comprendre que ce n’est pas forcément pour « téléglander » (j’avoue c’est drôle comme mot) ?
    J’ai peu d’espoir que l’image change d’ici peu et c’est triste. Surtout que je pense que tu montres assez que tu bosses à ta « chère » entreprise pour qu’elle te fasse confiance ! Et puis, rien ne les empêche de faire un test et voir si tu « y arrives » (aucun doute de mon côté) et évoluer en fonction.
    Arg, ça me soule de voir que les gens sont encore si fermés d’esprit. Bref. Soutien à toi !

    Aimé par 1 personne

    1. Surtout que notre travail est facilement quantifiable, mais bon, étant donné que mes patrons, qui ont repris la boîte en 2017, s’intéressent tellement peu à ce qu’on fait — du moment que du fric rentre — qu’ils ne savent pas exactement qui fait quoi dans la boîte, ils ne viendront jamais regarder de près ce qu’on fait, il s’en foutent royalement !

      Aimé par 1 personne

  3. Comme tu le dis, on ne bosse pas forcément moins en télétravail qu’en présentiel. Je le vois personnellement parce que je suis encore en télétravail une semaine sur deux (bon, là je suis en télémaladie 😉 ) : il y a moins de pauses, je discute moins avec les collègues puisque je ne les vois pas, je ne perds pas de temps dans les couloirs quand je change de réunion puisque je les fais directement via mon téléphone maintenant.
    Un collègue me disait qu’il était plus fatigué en télétravail qu’en présentiel parce que justement il lui manque ces petites coupures dans la journée.
    Il estime que sur une journée de 8h de boulot, on est beaucoup plus proches des 8h réellement prestées en télétravail qu’en présentiel. Mais ça, les patrons ont du mal à l’admettre.
    Après il faut reconnaitre qu’il y en aura toujours certains pour profiter du télétravail pour ne rien faire et que c’est à cause d’eux que le télétravail a mauvaise presse auprès des patrons (mais effectivement, déjà en présentiel il y en a qui sont doués pour ça aussi).

    Aimé par 1 personne

    1. Oui et puis je trouve que cette histoire de glandouille c’est une fausse excuse car si les patrons se souciaient un peu plus des tâches accomplies par leurs salariés, ils pourraient facilement vérifier la quantité de travail effectuée par chacun en télétravail.
      Tu sais pour ma part je bosse moins en présentiel car le boulot et l’ambiance y sont tellement barbants que j’ai vite fait de me dire « allez, petite pause » et d’aller sur le blog pour écrire par exemple… Alors que quand j’étais en télétravail, à la fin de la journée, j’étais moi-même impressionnée par le boulot abattu !

      Tu télétravailles une semaine sur 2 ? C’est bizarre comme rythme… D’habitude c’est quelques jours par semaine… C’est tes patrons qui ont voulu ça ou c’est un choix venant de toi ?

      Aimé par 1 personne

      1. C’est pareil pour moi, quand je suis en présentiel je ne compte même plus le nombre de cafés que je prends, juste pour avoir une excuse pour faire autre chose, alors qu’à la maison je n’en prends pas du tout.

        Pour le télétravail 1 semaine sur 2 c’est un choix de la boite.
        Depuis le mois de mai on faisait 1 semaine sur site et 2 en télétravail. Là, depuis début octobre c’est 1 semaine sur 2 maintenant.
        Mais il faut dire qu’on est très nombreux dans le bâtiment et que du coup c’est compliqué de garder les distances. Et puis je ne travaille pas en France, mais au Luxembourg et le télétravail y est encore fortement recommandé. Mais ça risque de changer à partir de Janvier si de nouveaux accords entre les pays ne sont pas signés pour le télétravail des frontaliers. Donc à voir.

        Aimé par 1 personne

      2. c’est vrai qu’il y a aussi la problématique du nombre de personnes simultanément dans une entreprise, nous on a pas ce souci, on est peu nombreux et il y a assez de place pour que chacun ait un bureau individuel, sauf les 2 filles de l’accueil mais elles sont suffisamment éloignées l’une de l’autre…

        Mais dans les grosses entreprises ou les open spaces, c’est un argument supplémentaires pour le télétravail !

        Aimé par 1 personne

  4. Holà! Pisske çéça Je m’en vais y aller de mon expérience en la matière…,
    J’ai donc connu l’arrivée et l’intégration d’internet et de la téléphonie mobile dans les process de boulot. Puis de par mon expérience de salarié dit « nomade » ce que cela a changé et apporté. Les salariés nomades ont toujours existé…aux côtés et avec les salariés sédentaires. Avant un salarié nomade, c’était un bureau, une bagnole, une carte pour le mazout et une autre carte pour le téléphone et des blocs notes, tout plein de bloc-notes (Rhodia) et vas-y de bureaux de postes en cabines téléphoniques et de cabines téléphoniques en bureaux de poste pour rendre compte et réaliser les tâches (de merde! comme d’hab’) au téléphone avec le téléphone d’une main et le bloc notes vas-y comme tu peux dans la fureur et/ou la chaleur-congélation d’une cabine ou d’un hall de bureau postal. Puis la téléphonie mobile ( Nokia et France Télécom), l’ordinateur, et plus tard internet…. Puis plus de bureau (enfin si, une pièce de 4×5 pour 8 personnes et 4 prises ethernet,etc.) et très vite le domicile comme bureau. Je vous parle là d’une multinationale aux dizaines de milliers de salariés. Alors au fil du temps, personnellement, et comme je gérais mon activité sur plusieurs régions je me calais des semaines complètes et entières, voire deux de suite à glandouiler total…, confinement volontaire ou camping sauvage dans les Pyrénées, sur les Grands Causses, etc. Le boulot était toujours réalisé les objectifs atteints et toujours au top. C’est vraiment juste une histoire d’organisation… Je répondais toujours à la première sonnerie du téléphone du chef, tout comme à l’appel du bon pote! Épicétou!
    Cela dit, je le redis, pour un salarié »nomade », mais cela peut aisément se transposer à beaucoup de tâches de travail administratif et/ou relationnel sans besoin-nécessité de présentiel derrière un guichet, à recevoir du public, etc.cela va sans dire…..

    Aimé par 1 personne

    1. Comme tu dis, tout est question d’organisation.

      Dans un monde idéal, le salarié n’est pas cantonné dans le bureau d’une entreprise à l’ambiance morose, à faire « acte de présence » de telle heure à telle heure, qu’il ait fini ou non son travail : au contraire, il bosse de chez lui, ou d’où il veut à partir du moment où il a le matériel et la place nécessaires pour ça, et, une fois son taf accompli, soit il s’avance sur une autre tâche, soit il termine sa journée de boulot.

      Malheureusement les mentalités en France sont trèèèèèès loin de ce modèle utopique…

      J'aime

      1. J’ai en horreur le travail, cette soumission de classe horrible et immonde par le meprisc exerce et transposé dans cette abomination de la subordination, de l’esclavage banalisé et rentable, c’est ignoble et inhumain de travailler dans un tel système organisé à base de peurs, de racisme, de sexisme, de domination, de consumérisme, de xénophobie, de marchandisation du vivant et du beau….
        J’ai toujours choisi les marges, les talveres et les glandouillages, les chemins buisonniers.

        J’ai toujours travaillé, seulement interrompu par un accident du travail, (justement une agression violente lors d’une de mes rares présences physique au bureau!!!!): 4 mois, Et une grippe carabinée…, deux semaines plus les broutilles: enfants malades, entorses, flémingites, etc.

        Fuck le Système !🌿🤪🌿🍑🌿🤪🌿

        Aimé par 1 personne

  5. Hello,

    Avec le confinement, j’ai eu du télétravail, comme tout le monde en fait.
    Mais personnellement, je préfère travailler en présentiel.
    Parce que dans mon poste, je suis vraiment en binôme avec ma collègue. Des fois c’était vraiment rude, de comprendre le boulot de ma collègue sans elle a côté. Et les partages d’écran c’est beaucoup moins compréhensible qu’une explication en direct.

    Et j’avoue aussi, que je travaillais beaucoup beaucoup pluss en télétravail. (Je finissais plus tard et commençais plus tôt sans que ça se voit forcément. Ou je bossais le dimanche. J’avais aussi tendance à regarder le portable du boulot le weekend, ou le soir …)

    Bref avec le télétravail, je n’arrive pas a couper avec le boulot.

    Mais je comprends totalement que tu en aies besoin surtout avec ton entreprise !

    PS: je suis la fille avec le chat sur les genoux en télétravail. Haha.

    Aimé par 1 personne

    1. En même temps j’ai l’impression que les chats aiment se taper l’incruste quand leurs maîtres sont à l’ordi… ^^
      C’est vrai que quand tu bosses vraiment en complément d’une autre personne, ça doit être compliqué…
      Bon moi c’est pas mon cas, je suis seule à mon poste…
      J’ai quand même réussi à former le commercial sur une tâche à distance, avec le truc d’écrans partagés ou je sais plus quoi + le téléphone coincé contre l’épaule, mais bon on s’en est très bien sortis donc ça va !

      J'aime

      1. Oui c’est ça. Sauf que pour ma part c’était tous les jours la formation (ma collègue venait d’arriver dans la boîte donc en constante demande (ce qui est normal))
        Elle, elle a un casque pour son tel mais moi j’étais en mode téléphone entre l’épaule et l’oreille et partage d’écran..

        J’ai besoin de son boulot pour pouvoir poursuivre le mien. C’est une chaîne presque 🙂

        Bref dans ma situation, c’est mieux le présentiel.

        Totalement pour les chats… Avec Odin ça aurait été calme. Mais olympe est encore un chaton donc elle courrait partout en faisant des dérapages avec ses patounes (tu avais l’impression que c’était un match de basket derrière moi XD )

        Mais sincèrement dans ton cas, je comprends clairement que c’est mieux le télétravail !

        Aimé par 1 personne

  6. Le problème de base est notre façon de concevoir le travail : à l’heure. Le télétravail met en évidence que des tâches peuvent être effectuées sans parler de temps ce qui revient à remettre en cause le fameux présentiel dans l’entreprise.
    Et oui tout le monde ne travaille pas de la même façon. Certaines personnes vont mettre plus ou moins de temps pour une tâche similaire.
    Moi ce que je ne comprends pas c’est : en télétravail la productivité est meilleure donc c’est un gain pour l’entreprise. De même avoir des locaux moins grands ou plus du tout permet des économies énormes en énergie (lumière, chauffage…) pour l’entreprise.
    Pourquoi faut-il toujours voir les changements comme néfastes ? Ah oui j’avais oublié ! Il ne faut surtout pas changer ses habitudes….

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai que les économies ne sont pas que pour le salarié qui n’utilisera plus d’essence ou d’abonnement aux transports en commun pour se rendre sur son lieu de travail : le problème de m2 de surface dans les entreprises et d’énergie serait résolu !

      Eh oui nous vivons dans un pays de réac’, les Gaulois réfractaires au changement, ce n’est pas forcément la France d’en bas !

      Aimé par 1 personne

  7. Vaste débat du siècle dernier… Mais tout le monde n’a pas encore compris que l’on était en 2020…

    Les Brebis galeuses et les conservateurs sont minoritaires, mais ils existent et polluent le système.

    Le télé-travail cela fonctionne dès que tout le monde y met du sien.

    Aimé par 2 personnes

      1. Ha oui, on ne travaille plus en 2020, on réalise son humanité et sa citoyenneté au travers de la participation à la vie de l’entreprise de par sa libre participation en échange d’une rémunération au titre d’une prestation personnalisée tarifée.., oups, désolé…

        Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :