Itinéraire d’une poissarde pas gâtée 5

Suite de mes mésaventures que j’avais commencé à vous narrer dans ce post, dans celui-ci, dans celui-là et dans ce post-là.

Souvenez-vous : véhicule vendu en 2014 et, malgré que de mon côté j’avais bien effectué toutes les démarches dans les temps, obligation pour moi de contester une amende concernant ce véhicule reçue en 2018. Puis saisie sur mon compte le mois dernier à cause d’amendes une fois de plus liées à cette voiture. Lors de mes démarches pour à la fois faire annuler ces amendes à mon encontre et porter plainte contre l’acheteuse, je découvre avec désespoir que mon certificat de cession n’avait jamais été enregistré par la préfecture à l’époque.

Je reprends donc où je m’étais arrêtée dans le 4e épisode.

****

Comment régler ce problème ?

Le flic m’explique alors qu’il va falloir que je régularise cette situation au plus vite.

Problème : alors qu’en 2014, c’était les incapables de la préfecture qui se chargeaient soi-disant des certificats de cession des véhicules, depuis 2017 ils ne le font plus (c’est pas plus mal me direz-vous, vu la piètre qualité de la prestation). C’est à présent sur le site de l’ANTS que se font ces démarches.

Le flic me conseille donc d’envoyer un mail sur le site de la préfecture car ils ont une catégorie « carte grise » dans le formulaire de contact. C’est ce qu’il y a de mieux à faire dans un premier temps.

chandler-dort-ordi

Dépitée à l’idée de devoir encore faire des pieds et des mains concernant ce véhicule, tout ça à cause d’un con ou d’une conne qui n’a jamais traité mon certificat de cession, je remercie les flics et je quitte le commissariat. Il faut souligner que ces policiers municipaux ont vraiment été sympas et compatissants avec moi.

Il faut souligner que ces policiers municipaux ont vraiment été sympas et compatissants avec moi.

Du coup, je dois avant tout régler cette histoire de cession, le dépôt de plainte attendra. Je pars faire mes courses complètement déprimée, je n’arrête pas de me dire « comment je vais me sortir de ce marasme ? ».

lynette

De retour chez moi, je suis les conseils des municipaux et raconte dans un mail détaillé que j’envoie à la préfecture la situation dans laquelle je me trouve.

Quelques minutes plus tard, je reçois une réponse expéditive disant grosso modo « Adressez-vous à l’ANTS. »

Réponse expéditive de la préfecture : « Adressez-vous à l’ANTS. »

Je vais donc sur le site de l’ANTS où je copie colle mon mail pour leur envoyer (je n’allais pas m’amuser à retaper tout le message).

Problème : il faut que je choisisse un objet pour mon mail mais aucun ne correspond. Je tente un contournement en choisissant un objet au pif (« délai de traitement des demandes », un truc comme ça), tout en m’excusant dans le mail d’avoir choisi un objet « fantaisiste ».

Réponse rapide et automatique d’un bot en quelques secondes : « Les demandes sont traitées dans un délai de blablabla… », bref une réponse automatique qui prouve que mon mail n’a pas été lu.

Je commence à en avoir marre, mais je ne renonce pas.

obama

Je vois que l’ANTS a un compte Twitter, je tente donc la voie des messages privés. Je recolle donc mon message, et j’attends sans vraiment y croire.

Quelques heures plus tard, ô miracle, j’ai une réponse ! Enfin un être humain, en chair et en os, a lu mon message et a pris la peine d’y répondre !

Enfin un être humain, en chair et en os, a lu mon message et a pris la peine d’y répondre !

On m’indique alors de faire enregistrer la cession sur leur site en passant par telle procédure, en cliquant sur tel onglet, etc., bref la procédure classique.

Le souci c’est que mon cerfa date de 2014, depuis les formulaires ne sont plus les mêmes. J’ai donc peur que le site me demande des infos qui ne figuraient pas sur les cessions de l’époque. Je leur explique, toujours en mp sur Twitter.

Le souci c’est que mon cerfa date de 2014, depuis les formulaires ne sont plus les mêmes.

Je redoute une réponse du style « ben dans ce cas va falloir vous rendre ici, ou prendre rendez-vous là, etc. », et moi je suis juste épuisée de courir partout à cause de cette histoire abracadabrantesque.

abracada

Mais il n’en est rien : le lendemain, on me répond que si je n’arrive pas à faire enregistrer la cession par la voie classique, il existe une autre démarche, en passant par France Connect, qui se nomme « je n’arrive pas à déclarer la cession de mon véhicule ».

Je vais donc directement passer par cette procédure « détournée », ça me fera gagner du temps. Cela dit, je ne sais pas si ça va marcher, car la dernière fois que j’avais tenté de passer par France Connect sur leur site, je n’y était pas arrivée (souvenez-vous).

J’ai quand même espoir de réussir à faire cette déclaration sans trop galérer, mais je vais attendre le week-end pour pouvoir la faire à tête reposée.

En parallèle, je consulte des forums car je sais que je ne suis pas la seule dans cette situation, et voilà ce qu’une personne y affirme au sujet des cessions jamais enregistrées par la préfecture :

« Les cessions en Préfecture avant 2017 deux cas de figure :

  • « archives » des cessions mais pas de retour au vendeur si celui-ci ne fournissait pas dans sa demande une enveloppe timbrée à son adresse ce qui explique que dans certaines Préfectures il y ait encore ces certificats de cession sans enregistrement de la vente.
  • L’autre cas si pas d’enveloppe timbrée ou pas de demande d’enregistrement les documents finissaient à la poubelle. »

Franchement si ce que ce gars dit est vrai c’est quand même effarant : où etait-il indiqué, dans les textes officiels ou sur le cerfa, qu’il fallait fournir une enveloppe timbrée avec le certificat de cession ? Nulle part !

kaamelott-pas-vrai

Moi j’avais juste, selon les conseils donnés par plusieurs proches qui avaient toujours procédé ainsi, mis le papier dans une enveloppe glissée ensuite dans la boîte de la préfecture. J’avais quand même pris soin de marquer sur l’enveloppe « certificat de cession de véhicule », histoire justement qu’un fonctionnaire indélicat ne balance pas ce document à la poubelle sans chercher à comprendre. Jamais on ne m’a dit qu’il fallait fournir une foutue enveloppe timbrée pour espérer voir son cerfa traité comme il se doit !

Où etait-il indiqué qu’il fallait fournir une enveloppe timbrée avec le certificat de cession ? Nulle part !

C’est juste aberrant cette histoire !

****

Enfin du positif !

Tout ceci me fait énormément cogiter. Je suis inquiète. Le vendredi, je n’arrête pas de me répéter « et si…


La suite au prochain épisode !



Source de la top image : https://www.affairesdegars.com/page/article/4156053016/12-exemples-de-malchance-extreme-2.html#content

4 commentaires sur “Itinéraire d’une poissarde pas gâtée 5

Ajouter un commentaire

    1. On est bien d’accord que personne n’était au courant qu’il fallait faire ça à l’époque où c’était encore la préf qui gérait les cessions ? Ce n’est pas moi qui ai raté un épisode ?

      J’aime

  1. Eh bien, que de péripéties (j’ai tout bien lu depuis le début, même si je n’ai pas commenté :-)).
    J’ai moi-même eu affaire au site de l’ANTS et je le trouve assez nul en fait – et visiblement je ne suis pas la seule de mon entourage à penser cela (pas pratique, très difficile de retrouver ses demandes/démarches…)
    Ca a été une très bonne idée de les contacter par twitter et d’avoir une vraie personne en face – n’étant pas sur ce réseau social, pour le cas, ça ne me serait même pas venu à l’idée….
    Et quel sens du suspense lol

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :