Faut qu’on trace !

Vous vous souvenez sûrement, si vous suivez mes élucubrations depuis plusieurs années, qu’en 2017 nous avions le projet urgent de nous barrer de notre appart en HLM dans un quartier pourri de la grande ville.

Ce projet avait fini par aboutir, non sans difficultés, en janvier 2018 où nous avions enfin pu nous mettre au vert, dans une maison avec jardin.

judging.gifVous allez peut-être penser que nous sommes des gens difficiles et jamais contents, car figurez-vous qu’il faut qu’on déménage à nouveau, mais je vais vous expliquer pourquoi, et là vous changerez peut-être d’avis sur nous…

Je sais que passer d’un appart cher et sans extérieur dans un des quartiers les plus merdiques d’une préfecture de département à une maison dans un petit village tranquille avec un terrain de près de 1 000 m2, ça fait rêver… mais seulement sur le papier. Sisi.

Plus d’inconvénients que d’avantages

Un village calme oui, mais pas tout le temps…

La plupart du temps, il est vrai qu’ici c’est quand même hyper silencieux, mais malheureusement, les quelques fois où c’est bruyant, c’est vraiment prise de tête et ces moments sont de plus en plus fréquents. Les coupables sont :

  • la salle polyvalente.

bugs.gifElle n’est pas louée tous les week-ends, heureusement, mais quand elle l’est, vous pouvez être sûrs que 2 fois sur 5, ce sera par des connards bruyants qui se fichent de savoir si à 1h du mat vous, qui habitez à côté, essayez de dormir ou pas : musique à fond avec porte et fenêtres ouvertes (ben oui les p’tits choux ils ont trop chaud, et pis les pauvres fumeurs peuvent pas parler avec leurs potes qui sont restés à l’intérieur si la porte est fermée !), éclats de rires, chants et cris aux abords de la salle (et je peux vous dire que ça résonne beaucoup dans le quartier), etc. Alors je peux m’accommoder des voitures garées n’importe comment parce que le parking de la salle est trop petit — du moment qu’aucun de ces trous de balles ose se garer devant chez nous –, mais le bordel et le manque de respect des fêtards, c’est niet !

  • les chiens.

J’ai l’impression que pratiquement tout le monde a des chiens ici. Quand l’un commence aboiements.gifà aboyer, c’est tout le village qui reprend en chœur. Mais bon, c’est la cambrousse, des chiens aboient dehors en journée, ça aussi, je peux m’en accommoder, même si parfois le concerto d’aboiements peut durer longtemps. Et même si j’estime que quand on a un chien qui aboie, on lui ordonne de se taire. Je peux vous assurer que mon regretté Buck aboyait 2 fois, pas 3 !

Par contre, ce que je ne peux plus supporter, c’est la meute de malinois de ma voisine. Quoiqu’ils fassent, il faut qu’ils aboient. Les malinois sont une race très aboyeuse alors si ces chiens ne sont pas éduqués dès le départ, c’est une catastrophe. Apparemment ça amuse ma voisine de posséder 3 de ces chiens sans être capable de leur fournir une once d’éducation. Comme si elle participait à un challenge débile de Facebook du style « Challenge Plein de chiens pas éduqués ». Le principe : avoir au moins 3 chiens dans moins de 70 m2, les laisser enfermés toute la journée dans la maison ou le garage, les sortir la nuit dans le jardin, le tout en les laissant aboyer tout leur soûl sans jamais rien leur dire. Et elle, elle est championne ! Tenez, à l’heure où je tape ces lignes, les chiens de madame gueulent. Dans la maison. Ce qui m’amène au problème suivant…

  • mitoyenneté mal isolée commence par faire chier !

Que je vous explique un peu : la maison où nous logeons est une ancienne grange qui a été retapée en 3 logements. Nous, nous sommes à l’extrémité de droite (ou de gauche, selon comme on est tourné, c’est un peu comme le Nord et le Sud pour Perceval). À côté (et donc au milieu), il y a S., le voisin sympa (celui qui s’est battu en vain pour la garde de sa fille). Et à l’autre extrémité, se trouve celle que je surnomme à présent la Folle aux chiens (seuls les fans des Simpson comprendront).

follechats.gif

Nous sommes donc, par chance, mitoyens du logement de S. qui est hyper silencieux (franchement, c’est le voisin rêvé). Mais malgré sa discrétion, les murs sont tellement fins, et l’isolation a tellement été bâclée, que nous l’entendons prendre sa douche, alors que sa salle de bains n’est pas collée à notre mur ! À un moment, on entendait même son portable vibrer comme s’il était chez nous !

aspi.gifPar contre, on a beau avoir aucune mitoyenneté directe avec la Folle aux chiens, ça ne nous empêche pas de l’entendre claquer ses portes à toute heure, passer son aspi à 21h pendant plusieurs heures, et, surtout, d’entendre ses foutus chiens aboyer quand elle se casse et les laisse seuls dans sa maison ou son garage ! Et on a eu beau le signaler plusieurs fois au proprio, quand il est allé la voir, elle lui a sorti chaque fois comme excuse bidon que les colliers anti-aboiements de ses clébards étaient déchargés. Mais Cocotte, ces colliers, non seulement ça marche pas sur tous les chiens (et on est 4 à pouvoir témoigner que ça marche pas sur les malinois), mais en plus ça remplace pas l’éducation d’un maître !

Avant elle les laissait dans la maison. Maintenant elle les laisse dans son garage (qui est inclus dans le bâtiment), du coup à présent ils gueulent encore plus souvent, dès que quelqu’un passe dans la rue à pied, en vélo ou en voiture, ou pire encore quand quelqu’un promène son chien. Alors là ça équivaut à être au milieu d’une meute de chiens de chasse à courre ! Symphonie de clébards en ré majeur ! Et bien sûr, vu que le garage est intégré dans le bâtiment, ça résonne autant chez nous que quand elle les laisse dans la maison.

Un grand terrain, oui, mais pas un vrai jardin…

1 000 m2 d’extérieur, vous imaginez un peu ? Moi aussi ça me paraissait idyllique au début, quand je réfléchissais à toutes les possibilités qu’une telle surface pouvait offrir…

Sauf qu’en fait, c’est bien d’un terrain que je parle, pas d’un jardin, et c’est quand même beaucoup moins sympa :

  • il n’est pas clos.

Je vous en avais déjà parlé ici. Le fait qu’il n’ait absolument aucune clôture est très dérangeant, car il offre un super vis-à-vis côté rue pour les curieux qui passent, ceux qui louent la salle polyvalente, ceux qui se posent sur la table de pique-nique installée juste en face…  Quand il y a du vent, on retrouve des déchets que des porcs ont eu la flemme merde-chien.gifde mettre à la poubelle et ont donc négligemment jetés sur la voie publique… Parfois on y ramasse des grosses merdes de chiens (je soupçonne fortement le colley — adorable au demeurant — des voisins car il a tendance à sauter le grillage et errer dans la rue. Je n’ai jamais vu d’autres chiens traîner par ici). Et puis on ne peut pas y installer de salon de jardin par peur de se le faire piquer (on a beau être dans un village calme, les vols maintenant se font aussi en rase campagne). Quant à la partie haute du jardin, pas clôturée non plus, elle sert parfois de lieu de passage à des gens qui se promènent… Ben voyons ! Enfin, il y a une partie de ce jardin qui appartient aux voisins (ceux qui ont le colley), et bien sûr cette partie non plus n’est pas du tout clôturée ! À croire qu’ici, notre proprio paye une taxe particulière sur le grillage !

  • il n’est pas plat.

Ça paraît un détail, mais disons que c’est un peu la cerise sur le gâteau concernant ce terrain. Car un terrain en pente et bossu de partout, ça complique les choses quand on veut y installer une piscine ! L’autoportante, faut même pas y compter, et la rectangulaire gonflable ne peut pas être remplie à fond car même avec du sable en-dessous pour tenter d’aplanir un peu, ça penche dangereusement d’un côté…

  • il est trop grand.

loth.gifBen oui, comme le mieux est l’ennemi du bien, le trop est l’ennemi du assez. Ouais je sais, ça veut pas dire grand chose, un peu comme les citations latines du roi Loth, mais pour moi ça veut surtout dire que c’est la misère à tondre. Demandez à mon homme.

 

Bref, nous on voulait un jardin pour pouvoir y installer un salon de jardin ou des transats et s’y prélasser, pour pouvoir faire des barbecs tranquilles, pour pouvoir y mettre une piscinette en été. Résultat : la piscine penche, le transat je le sors pas car j’en ai marre des curieux qui regardent ce que je fais, et le salon de jardin on en met pas. Dans cette liste au final ya que le barbec qu’on utilise.

Donc avoir un jardin, si on peut pas en profiter, ça sert à rien. Et c’est pas les fleurs  que j’ai plantées (et qui sont pourtant très jolies)  qui vont y changer quelque chose, ni les arbustes qui étaient censés jouer le rôle de brise-vue mais qui restent désespérément rachitiques.

Un climat appréciable la moitié de l’année seulement…

Le village où j’habite se situe à 700 m d’altitude. C’est un avantage en été car pendant que les gens suffoquent en plaine les jours de canicule, nous, nous respirons avec 3 degrés de moins et avec de l’air.

Le revers de la médaille, c’est que dès l’automne, on se pèle les miches ! Le vent devient jamel.gifglacial et la neige s’invite partout. Pour vous faire une idée, l’année dernière, on en a eu 20 cm dès octobre… Dois-je vous préciser que les routes ici ne sont absolument pas déneigées ? Alors c’est déjà stressant pour quelqu’un qui comme moi bosse en horaires de bureau, mais c’est pire pour mon homme qui finit parfois à minuit et se retrouve obligé de dormir chez ses parents qui habitent une grande commune plus bas car il ne peut pas remonter à la maison !

J’ajoute que dans notre logement, nous sommes au tout électrique, y compris pour le chauffage… Le cocktail maison mal isolée + village froid + chauffage électrique est une aubaine pour EDF qui se frotte bien les mains avec les factures mensuelles à plus de 100 euros qu’ils nous balancent dans la tronche ! Sachant qu’en plus, nous ne sommes pas non plus des consommateurs invétérés de chauffage (on ne chauffe presque jamais les chambres, mais on est obligés de laisser le chauffage tout l’hiver dans le salon si on veut que notre linge sèche et si on veut éviter de finir comme Hibernatus…).

Des finitions qui laissent à désirer…

numerobis
Source ici

C’est bien connu : quand on emménage dans un logement, on se rend compte de ses défauts petit à petit. Ce fut le cas pour nous qui avions remarqué que le robinet dans la salle de bains est mal fixé, que quand nous rinçons le carrelage au-dessus de la baignoire, des gouttes d’eau coulent par le plafond du salon, que la lunette des chiottes est mal fixée, que le plancher à l’étage craque beaucoup et n’isole absolument pas du bruit pour qui est dans le salon, juste en dessous… C’est simple : si vous avez la diarrhée, tout le monde dans le logement le saura ! Pourquoi ? tout simplement parce que le plafond du salon/cuisine, c’est uniquement le plancher de l’étage (un vieux parquet bois). Il n’y a aucune isolation, aucun revêtement (à part un pauvre lino tout fin dans la salle de bains et les chiottes) entre sol et plafond. C’est juste fabuleux quand la petite fait tomber une simple bille dans sa chambre : sursauts garantis !

Le pire pour nous fut le jour où nous découvrîmes notre logement de vacances de cet été : il était en bien meilleur état que chez nous ! Tout y était nickel, et c’est là que nous avons réalisé que nous habitions dans ce qui s’apparente à un Air Bnb mal entretenu…

Cerise sur le gâteau…

Ce qui finit vraiment de nous décider à partir, c’est le fait que le voisin, le fameux S., nous a annoncé qu’il allait déménager d’ici décembre.

Pas question pour nous de rester ici ! Les nuisances liées à la salle polyvalente + les clébards de l’autre + la neige + l’isolation merdique + les factures EDF + les futurs nouveaux voisins qu’on va se coltiner et qui seront forcément plus bruyants que S. (car c’est humainement impossible de l’être moins), d’autant qu’on a la poisse car on attire les cassos qui mettent la musique à fond ou gueulent sur leurs gamins et inversement, ou les Folles aux chiens = une situation invivable pour nous et de nouvelles crises de colopathie pour Bibi… Et perso je ne tiens pas à ce qu’elles recommencent !

Une seule solution pour nous : déménager !

Nous avons donc commencé les recherches il y a quelques jours, et par chance nous avons trouvé une maison sympa pas trop chère dans la commune à laquelle appartient notre village, mais qui se situe moins haut et donc se retrouve moins paralysée quand il neige.

Nous sommes allés la visiter cet après-midi et franchement, elle est top ! Cour petite mais de taille respectable et surtout fermée, garage un peu plus grand que celui qu’on a déjà, des rangements partout, des pièces spacieuses et lumineuses, du chauffage au gaz de ville, des doubles-vitrages en PVC, une semi-mitoyenneté, certes, mais cette fois-ci avec un vrai mur et une vraie isolation phonique, le tout pour un loyer un peu plus élevé mais je peux vous dire que ça vaut le coup !

Seul inconvénient : une autre personne a visité avant nous et s’est également montrée intéressée, donc si elle veut la maison, celle-ci nous passera sous le nez…

Donc là on croise les doigts à s’en faire péter les jointures parce qu’à part cette maison, on a rien trouvé d’autre dans les petites annonces…

croiser-les-doigts

12 commentaires sur “Faut qu’on trace !

Ajouter un commentaire

  1. Je compatis.. la salle polyvalente, je l’ai eu aussi. Elle était juste en face de chez moi. (quand on a visité, ça se voyait pas, mais une fois que tu le sais, tu ne voyais que ça XD).. et évidemment fête pratiquement tous les weekends a partir du printemps.

    Puis pour moi, une maison mitoyenne ça revient au même que de vivre en appartement. Mon frère avait le même souci que toi. Il entendait tout du voisin :/.
    Mur en carton etc..
    Du coup, son expérience ne m’a pas fait rever ^^

    Question que je me posais, l’achat de maison ça ne vous tente pas ou c’est pas possible ?

    En tout cas, je croise les doigts pour vous :/ !

    Aimé par 1 personne

    1. alors pour l’achat de maison on regarde toujours, des fois que, mais c’est la dèche, et de toute façon on se presse pas, on attend que mon homme ait fini de payer son crédit (il en a encore pour un peu plus d’un an). ca nous permettra de viser plus cher et donc de peut-être trouver un bien qui nous convient…
      Ici la salle n’est pas louée tous les week-ends, mais le samedi en fin d’aprêm, dès que je vois les bagnoles s’amonceler, je soupire : « allez, encore une fête à la salle polyvalente… -_- »
      Pour ce qui est de la mitoyenneté, c’est à double tranchant : si l’isolation est réalisée avec soin, aucun souci (comme la maison qu’on a visitée). Mais si c’est comme là où on habite, où t’as non seulement les murs en carton, mais aussi le bruit qui passe par le sol et le plafond, c’est juste pas possible, et on craint tellement qu’une fois le voisin sympa parti, on se retrouve avec des cons… Il est là depuis 7 ans lui, et il nous a dit que la plupart du temps c’était des cassos bruyants qui louaient le logement où nous sommes et celui de la folle aux chiens… :-/

      Aimé par 1 personne

      1. Je comprends mieux pour l’achat !

        Sincèrement, j’en ai trop bave avec les voisins que je ne veux plus vivre en appartement NI en maison mitoyenne pour ne pas tomber sur l’expérience de mon frère.

        Il va partir quand ?
        Je comprends l’angoisse :/

        Aimé par 1 personne

  2. Je compatis… que puis-je faire d’autre?
    Nous avons une ancienne maison au milieu d’un parc naturel du Nord de l’Andalousie. Le premier voisin est à plus d’un km dans un hameau de 10 habitants. Ajouter 7 km pour le premier village avec un bistrot et une épicerie. Pour un supermarché, compter une centaine de kilomètres sans autoroute.
    Tu comprendras que ton texte, pour nous, ressemble à un roman comique plus qu’à la réalité.

    P.S. Parfois on comprend que des cons mettent un gilet jaune et foutent la merde.
    Courage et souhaits que vous trouviez une solution.

    J'aime

    1. C’est bien ça le souci… D’autant que quand on visite, le proprio « vend » son bien, donc il ne va pas parler des défauts… Pour lui, la salle « est rarement louée », les routes « sont tout le temps déneigées », et pour les anciens locataires, « on entend jamais le voisin ». Alors le voisin S., non on l’entend jamais, mais ceux encore à côté c’est autre chose…

      J'aime

    1. Le problème c’est que je me dis que je vais peut-être aussi me sentir mal dans mon futur logement, j’ai peur d’être une éternelle insatisfaite… Pourtant je me trouve pas spécialement exigeante, je veux juste du calme, mais apparemment même en pleine cambrousse c’est trop demander…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :