Willkommen am Kurfürstendamm !

Vous pigez pas l’allemand ? Ben tant pis pour vous ! Na !

De toute façon, aujourd’hui, avec Internet, c’est rapide d’obtenir des traductions de mots dans à peu près toutes les langues… Vous savez ce qu’on dit : « Google ist dein/ihr Freund ! »

Bon, alors maintenant que les non-germanophones ont pigé le titre de mon post, la question qui vient ensuite est : « Elle va nous parler de quoi cette fois-ci, cette timbrée ? Ses études d’allemand qui lui ont pas servi à grand chose ? Le voyage en Allemagne qu’elle a fait à la fac (au moins quelque chose d’utile qu’elle aura fait pendant ses études d’allemand) ? Ou peut-être va-t-elle se plaindre une énième fois de son boulot — mais dans ce cas, quel rapport avec la langue allemande ? ».

3Alemania-superbandera2-germany_hw.gif

Eh bien chers lecteurs et chères lectrices, je vais mettre fin à vos interrogations et par-là même à vos souffrances, car je vais vous expliquer de quoi il retourne ici (c’est pas trop tôt, après une intro de plus de 10 lignes !) : les petits curieux qui seront allés fouiner un peu sur le net auront compris que le Kurfürstendamm est un célèbre boulevard de Berlin, idéal pour les virées shoppings grâce à ses nombreux commerces et boutiques.

Kurfurstendamm (Ku'damm)_d488-121.jpg
Source ici

Mais ce qu’il faut également savoir, c’est que les Allemands le surnomment le Ku’damm (ben oui, leur langue est championne dans l’art des mots à rallonges — nous à côté on fait pitié avec notre « anticonstitutionnellement » –, donc on peut comprendre qu’ils en abrègent certains).

Maintenant, souvenez-vous que parmi mes passe-temps favoris figure en bonne place le visionnage de séries…

Alors ? Séries télé, Ku’damm, ya rien qui fait tilt dans vos têtes ?

think

C’est de la série Ku’damm que je vais vous parler aujourd’hui ! Bon, pour votre défense, la traduction française du titre n’aide pas : Berlin. Franchement, ils auraient pu laisser le titre original, celui-ci étant un nom propre au même titre que Berlin… Après, peut-être les sociétés de doublage se sont-elles dit que « Ku’damm » prononcé avec un bon gros accent gaulois ça aurait fait moche, du genre « le cul de la dame » quoi (parce qu’en allemand le « u » sans tréma se dit « ou », donc on est censé dire « Kou’damm » et pas « cul dame »).

fesses.gif

Bref, sachez donc que cette série se nomme, en VO, Ku’damm 56 pour la saison 1, Ku’damm 59 pour la 2 et Ku’damm 62 pour la 3 dont le tournage est prévu pour 2020.

Mais ça raconte quoi, Kou-machin là ?

Ku’damm, c’est l’histoire d’une femme, Catarina Schöllack, et de ses 3 filles, Helga, Eva et Monika.

soeurs-schollack.gif

Dans un Berlin où règne encore une ambiance d’après-guerre, Catarina, dont le mari est selon elle mort au combat, doit gérer sa prestigieuse école de danse située sur le Kurfürstendamm.

Ravie que son aînée, Helga, se marie avec un jeune et riche avocat, et que sa 2e, Eva, tourne autour de son patron, un riche et notable psychiatre, elle est cependant constamment déçue par sa cadette, Monika : celle-ci ne semble pas encline à faire un beau mariage, elle ne pense qu’à se déhancher sur du rock n’roll, considéré alors comme de la « musique de nègres ».

rock.gif

Pourquoi j’aime cette série ?

Une époque rarement abordée à la télé

On ne peut pas dire qu’on voit souvent des séries évoquant l’Allemagne des années 50 à la télé !

Ce petit entre-deux (après la Seconde Guerre Mondiale et avant la véritable Guerre Froide) est en effet une période quelque peu tabou pour les Allemands : non seulement ils viennent de perdre la guerre et se retrouvent donc humiliés et leur pays divisé, mais ils doivent en plus vivre avec la honte des horreurs perpétrées par leur ex-Führer dans les décennies précédentes (camps de concentration et d’extermination, Holocauste, nazisme et j’en passe).

catarina.jpeg
Source ici

Ajoutez à cela un côté encore très conservateur concernant les femmes (une femme qui a un enfant hors mariage est très mal vue, une femme doit faire un beau mariage et des enfants sinon elle n’a pas une vie accomplie, une femme mariée doit avoir l’autorisation de son mari pour pas mal de choses comme le permis de conduire, etc.), et une mère qui malheureusement ne fait pas exception sur ces principes (elle ne pense qu’à sa réputation et à celle de son école de danse), et vous obtiendrez une série vraiment intéressante sur cette période méconnue de l’Allemagne.

Les particularités de la série

  • Ku’damm est une mini-série dont chaque saison ne compte que 6 épisodes (mais diffusés 2 par 2 en 3 fois sur Arte, donnant l’impression qu’il n’y a que 3 épisodes par saison).
  • Chaque saison porte un nom différent en fonction des années pendant lesquelles se déroule l’histoire. Ainsi, la saison 1, Ku’damm 56, se déroule en 1956, tandis que la 2, Ku’damm 59, nous emmène en 1959. La 3e saison, dont le tournage débutera en 2020 (il va falloir être patients), se passera quant à elle en 1962 et se nommera… Ku’damm 62. Vous l’aurez compris, à chaque nouvelle saison, on fait un bond de 3 ans, ce qui permet aux personnages de beaucoup évoluer entre chaque.
Kudamm-56-59-TV-6teiler
Source ici

D’excellents acteurs à découvrir

Ne regardant pas énormément de séries allemandes (à part Dark dont je découvre la saison 1 avec plaisir, quelques épisodes de Alerte CobraAlarm für Cobra 11 en VO, et, il y a une dizaine d’années, Powder Park), par conséquent, je ne connais que peu d’acteurs allemands. Ku’damm m’a donc permis de découvrir des acteurs et actrices tout nouveaux pour moi et, je dois le dire, très talentueux :

  • Claudia Michelsen joue Catarina, la mère stricte et, en apparence, bien sous tous rapports
  • Sonja Gerhardt interprète Monika, la fille rebelle fan de rock n’roll
  • Maria Ehrich est Helga, la sœur aînée mariée à Wolfgang, l’avocat
  • Emilia Schüle joue Eva, la jolie infirmière qui finit par se marier avec le docteur Fassbender
  • Heino Ferch est le fameux Fassbender, vieux psychiatre chef de clinique
  • Uwe Ochsenknecht joue Fritz, ami de Catarina et beaucoup plus (mais chut ! Je ne veux pas spoiler !)

    joachim-freddy
    Source ici
  • Sabin Tambrea interprète l’énigmatique Joachim
  • Trystan Pütter est Freddy le joueur de contrebasse
  • August Wittgenstein joue Wolfgang, le gendre idéal selon les critères de Catarina…
  • et tant d’autres encore !

Notons également des doublages français qui semblent de qualité. En tout cas, Véronique Augereau (voix française de Marge Simpson, de Frankie Heck dans The Middle, de Ronnie Brooks dans Hartley, de Rousseau dans Lost, etc.) est juste géniale pour prêter sa voix à Catarina Schöllack ! La société de doublage n’aurait pas pu lui trouver une meilleure doubleuse française !

augereau.jpg
Source ici

Des décors et des costumes sublimes

Tout fait tellement « vrai » dans Ku’damm, c’est juste excellent ! Les décors du Berlin d’après-guerre, avec encore quelques ruines par-ci par-là, les meubles d’époques, les voitures, les bouges dans lesquels Freddy emmène Monica se déhancher, aucune fausse note n’est commise !

ku_damm_56_saison_1_1.jpg
Source ici

De même pour les tenues des personnages qui sont très bien réalisées. Il suffit de faire la comparaison entre Claudia Michelsen et son personnage de Catarina, méconnaissable, pour se rendre compte de la qualité des costumes et à quel point ces tenues jouent un rôle important dans la série : en effet, elles contribuent à nous transporter dans les années 50 et à deviner la personnalité de chaque protagoniste (la mère porte des robes élégantes et strictes, tandis que Monika, pour aller danser, porte des tenues considérées comme outrancières pour l’époque : hauts moulants et robes qui laissent entrevoir ses cuisses et ses dessous lorsqu’elle s’adonne au rock acrobatique).

Sources ici et ici

Ma conclusion

Pour ceux et celles qui n’auraient pas eu le courage de lire ce post, il est vrai, quelque peu long, je résumerais ainsi : regardez Ku’damm, vous serez transportés dans une autre époque, vous serez émus par le destin de ces filles devenues femmes, vous serez révoltés par la condition des femmes dans ces années-là, vous serez étonnés de voir comment étaient alors considérées des situations qui aujourd’hui semblent banales, vous serez comme en immersion dans un pays sorti grand perdant d’un conflit mondial et où planent encore les fantômes du nazisme, et en plus, vous aurez envie vous aussi de vous déhancher sur du rock n’roll…

rock-danse.png
Source ici

6 commentaires sur “Willkommen am Kurfürstendamm !

Ajouter un commentaire

  1. Merci pour ce très bon conseil série 🙂 ça donne envie d’aller s’y plonger. N’hésite pas à me dire ce que tu as pensé de Dark, j’avais été emballée par le début et carrément moins par la fin…très bon week-end à toi !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :