Ces robots qui décident de notre avenir

Il y a un sujet que j’ai déjà évoqué à plusieurs reprises sur Mon p’tit nid (non non, pas mon boulot…) sous différents aspects : l’automatisation de nos vies avec les machines qui font tout à nos places, et la dépendance grandissante de l’Humain à la sacro-sainte intelligence artificielle, et notamment à ses foutues enceintes connectées.

Car oui, la place qu’occupent automates, machines et autres robots dotés d’une soi-disant « intelligence artificielle » est malheureusement grandissante dans notre société !

J’ai d’ailleurs fait les frais, il y a peu, de cette foutue IA et c’est pourquoi je voulais vous en parler ici.

AI

Méfions-nous de la voie électronique !

Reprenons les choses dans l’ordre.

Quand vous recherchez un emploi, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Vous faites des candidatures spontanées.
  • Vous avez la chance d’avoir trouvé une offre qui vous correspond et vous y candidatez.

Dans le 1er cas, si vous ne sortez pas à peine des études ou si vous avez connu les affres de la recherche d’emploi, vous n’êtes certainement pas sans savoir qu’en général, les candidatures spontanées, on en fait le plus possible, pour ne pas dire à la chaîne.

Or, ce petit « jeu » revient vite très cher : entre les feuilles et l’encre utilisées pour imprimer CV et lettres de motivation, les enveloppes et les timbres — dont le prix augmente sans cesse –, la note a vite fait de grimper, et ça peut plomber facilement le budget quand on ne touche pas un salaire digne de ce nom.

La solution la plus simple, la plus économique et la plus rapide est donc d’envoyer par mail ces foutues candidatures.

Pour ce qui est du 2e cas, les entreprises demandent de plus en plus à recevoir les candidatures par ce même moyen. Chouette, me direz-vous, ça vous économisera un timbre, des feuilles et tout le bordel…

Mail.jpg
Source ici

Eh bien sachez mes petits pious-pious que candidater par voie électronique n’est pas une si bonne chose que ça, car un nombre grandissant d’entreprises font maintenant appel à des cabinets de recrutement qui gèrent à leur place les candidatures qu’elles reçoivent, via des bots programmés pour lire les CV en remplacement d’une paire d’yeux humains…

Comment fonctionnement ces bots ?

raffarinade
Source : francetvinfo.fr

D’après Challenges, ces ATS (Applicant Tracking System — JP, si tu me lis…) sont programmés selon des filtres décidés par le recruteur. Il peut s’agir de mots-clés, mais aussi de dates, de durées d’expérience, etc.

Si le CV ne passe pas ces filtres, il est rejeté d’office et le bot envoie parfois un mail type bien nul en guise de réponse négative.

J’ai fait les frais de ce système de merde l’autre jour, quand j’ai postulé pour le journal online qui avait passé une annonce vraiment affriolante : moi qui déjà avais un profil correspondant à cette offre en bien des points, je me suis cassé la nénette, pour mettre toutes les chances de mon côté, à faire une candidature en béton : j’ai adapté mon « CV-presse » à ce journal et à ce qui était demandé, j’ai également modifié légèrement ma lettre de motivation, qui était déjà pas mal du tout (rédigée de façon littéraire, histoire de montrer mes capacités rédactionnelles, critère important de l’offre d’emploi, ce qui est logique), bref je me suis éloignée des sentiers battus, afin de ne pas leur proposer un énième « CV-Pôle emploi » et une lettre bateau « Vous recherchez ça – Moi je sais faire ça – Rencontrons-nous »…

Donc, sans vouloir me vanter ou prétendre que ma candidature était parfaite, j’étais quand même contente de moi et, même sans espérer décrocher le poste (la concurrence étant rude dans ce secteur), je pensais réellement être convoquée à un entretien d’embauche, qui aurait permis au recruteur de faire connaissance avec ma personnalité…

Eh bien figurez-vous qu’une heure seulement après que j’ai envoyé ma candidature, j’ai reçu la réponse suivante par mail :

Madame,

Nous tenons à vous remercier de la confiance que vous nous témoignez et de l’intérêt que vous portez aux activités de notre entreprise en nous proposant votre collaboration.

Nous avons étudié votre CV avec attention et sommes au regret de vous informer qu’il ne nous est pas possible de répondre favorablement à votre demande.

Nous vous souhaitons bonne chance dans vos démarches.

Nous vous prions de croire, Madame, à l’expression de nos salutations distinguées.

En une heure ils prétendent avoir « étudié mon CV avec attention »… La blague…

kaamelott-guenievre-gif-16

Au début, naïve que j’étais, je n’ai pas pensé qu’une de ces saloperies d’ATS pouvait être à l’origine d’une réponse aussi expéditive et aussi bateau. J’ai donc demandé des précisions quant au rejet de ma candidature :

Bonjour

Je tenais à vous remercier de m’avoir répondu au sujet de ma candidature au sein de votre journal, ce que tous les employeurs ne font malheureusement pas…

Je suis bien sûr déçue de cette réponse négative, mais souhaiterais apprendre de cet échec. Aussi, pourriez-vous m’indiquer les raisons qui font que ma candidature n’a pas été retenue ?

Ceci me permettrait, à l’avenir, de travailler mes points faibles pour qu’ils deviennent des points forts…

Merci d’avance.

Cordialement

(Vous avez vu, je suis douée dans l’art de passer de la pommade ! Voici une compétence que je devrais rajouter sur mon CV…)

Pommade-Divine.jpg
Source ici

Mais, étant donné qu’à ce jour je n’ai obtenu aucune réponse, et que plusieurs personnes parmi mes lecteurs et mes collègues m’ont expliqué la supercherie dont il est question ici, à savoir, l’utilisation d’un bot à la con pour passer au crible les candidatures sans fatiguer les pauvres petits yeux de recruteurs faits de chair et d’os, j’ai fini par comprendre que mon CV et ma lettre n’ont jamais été vus par le moindre être humain ;  je me suis donc fait chier à mettre en page un chouette CV sous Publisher et à rédiger une véritable « nouvelle épistolaire » en guise de lettre de motivation (je vous rassure, cette dernière tient quand même sur une seule page) pour des clopinettes ! Me contenter d’une simple liste de mots-clés sur un CV Word noir et blanc et d’une lettre bateau dont les modèles gratuits fleurissent sur le net aurait été beaucoup moins chronophage pour moi et, au moins, j’aurais une petite idée du pourquoi du comment d’un refus aussi expéditif !

Comment faire alors ?

Plusieurs conseils m’ont été donnés par des connaissances (virtuelles et réelles), et j’en ai trouvé également en farfouillant sur le net.

Par exemple, Nicolas Laustriat recommande de mettre, sur un document Word de 3 pages, le CV en page 1, la lettre de motivation en 2, et carrément un copié-collé de l’annonce sur la dernière page. Ainsi, le robot aura trouvé tous les mots-clés qu’il veut et la candidature passera à l’étape suivante.

Cette idée de reprendre l’annonce telle qu’elle a été rédigée par le recruteur n’est pas bête du tout : c’est le meilleur moyen d’être sûr que tous les mots-clés (qualités, compétences, diplômes, domaines…) soient bien répertoriés dans la candidature.

cv.jpg
Source ici

Un autre truc, donné par ce même Nicolas mais également par d’autres personnes dont les candidatures par mail se sont déjà retrouvées jetées à la corbeille par des bots qui n’avaient pas trouvé le bon mot, consiste à écrire les mots-clés qu’on n’arrive pas à caser en blanc sur fond blanc. Ces mots, invisibles à l’œil nu, n’en sont pas moins détectés par les ATS lorsque ceux-ci opèrent leur fameux algorithme qui s’apparente à un « Ctrl F ».

Cette méthode est simple et efficace, même si elle ne plaît pas aux recruteurs…

marmotte2Ainsi, dans cet article de L’Obs, un recruteur (qui prétend ne jamais se servir de bots pour trier les candidatures — et la marmotte, elle met le chocolat… bref, vous m’aurez comprise) affirme avoir l’impression d’être « pris pour un con » lorsqu’il se rend compte que certains CV qu’il reçoit contiennent des mots-clés cachés.

J’ai envie de dire à ce monsieur, et à tous les recruteurs qui pensent comme lui, qu’à trop prendre les gens pour des cons, ça finit par leur retomber dessus ! Car j’estime que laisser un putain de programme virtuel décider en une heure de l’avenir professionnel d’une personne, qui s’est démenée pour pondre une candidature qui sort du lot, ça c’est prendre les candidats pour des cons ! Il est donc tout à fait logique que lesdits candidats prennent à leur tour les recruteurs pour des cons. La boucle est bouclée !

Déshumanisation…

Outre le fait que ces méthodes soient à mon goût dégueulasses pour les gens qui se décarcassent dans la rédaction de leurs candidatures, je trouve déplorable qu’on en revienne toujours aux mêmes conséquences : la déshumanisation du travail. Au lieu d’embaucher des assistants RH qui éplucheraient les candidatures, on fait appel à des machines qui vont réagir de façon binaire : c’est « oui » ou c’est « non », mais ça peut pas être « à voir », ou « bof »… Si on a une candidature originale, mais qui peut matcher, ça sera « non ». Si comme moi on a 5 ans d’expérience en tant qu’assistante d’édition (dont il n’est pas question dans l’offre d’emploi) et une licence mention documentation en lieu et place du diplôme de journalisme demandé, ça sera « non » également. Par contre, la personne qui sortira de sa licence pro journalisme sans avoir aucune expérience verra sa candidature passer les filtres du robot. Très logique de privilégier le papier estampillé « diplôme » à l’expérience professionnelle ! C’est une façon de faire qui marche très bien, mon ancien patron en a fait l’amère expérience !

robot_psychiatre-1-e1499354612210.jpg
Source ici

Ce qui me surprend le plus dans le cas de l’offre à laquelle j’ai répondu, c’est non seulement qu’il s’agit d’une PME, donc d’une entreprise à taille humaine, mais en plus d’un journal, qui demande des capacités rédactionnelles aux candidats. Or, ce genre de capacités ne peut pas être jugé par un abruti de robot, capable de penser uniquement avec des 0 et des 1 et dénué du moindre sentiment ! Alors pourquoi ont-ils fait appel à la foutue intelligence artificielle, dans ce secteur où l’esprit d’analyse et la réflexion prévalent ?

J’avoue que tout ça me dépasse…

Retenter pour passer les barrages

J’ai donc à mon tour suivi les conseils dénichés ici et là, ajoutant des mots-clés cachés dans mon CV (et un petit dans ma lettre). Je ne me sens absolument pas coupable de mythomanie, car les mots que j’ai ajoutés ne sont pas des mensonges mais des synonymes ou des précisions que je n’ai pas pu caser (par exemple, j’ai mis « journalisme » alors que dans mon CV figure déjà le mot « presse » ; j’ai ajouté « suivi client » car je ne m’étend pas trop sur la partie « commerce » de mon CV, gain de place oblige, je n’ai donc pas eu l’occasion d’évoquer toutes mes compétences dans ce domaine ; dans ma lettre, j’ai mis « culture générale » en blanc ; je ne l’ai pas écrit noir sur blanc — c’est le cas de le dire — car pour moi la culture générale coule de source quand on est passionné de lecture et qu’on a suivi un cursus littéraire où les recherches documentaires sont légion ; etc.).

Je vais ainsi renvoyer CV et lettre « bidouillés » à ce cher robot, et si je reçois le même mail type à la con, non seulement je serai sûre et certaine que c’est bien un ATS et non pas un humain qui filtre les candidatures, mais au moins je n’aurai pas de regrets de ne pas être retenue pour un entretien, car là au moins j’aurai mis toutes les chances de mon côté !

candidature.gif
Source ici

10 commentaires sur “Ces robots qui décident de notre avenir

Ajouter un commentaire

  1. C’est un truc qui m’agace énormément vu que forcément, comme toute bonne personne qui veut mettre les chances de son côté, je travaille mes candidatures, tout ça pour recevoir un mail de refus dans les minutes qui suivent parce que le bot n’a pas trouvé ses mots-clés.
    C’est décourageant, déshumanisant, extrêmement hypocrite (non parce qu’on t’emmerde sur le travail à tout prix et on remplace les RH par des bots) et bordel, quelle perte de temps !

    Aimé par 2 personnes

    1. Et d’un côté on te dit « oui les candidatures, faut se démarquer, faire quelque chose d’original et de joli qui attire l’œil d’un recruteur » alors qu’en face t’as un pauvre robot à la con à qui il suffit de donner des mots-clés pour qu’il soit content… Aberrant !

      Aimé par 2 personnes

  2. Je trouve ça bien triste d’en être arrivé là. Déjà que les relations humaines se dégradent à vue d’oeil, si des machines prennent le relais sur tout, que va t-il rester. Sans compter que ça va complètement à l’encontre du respect de la personne.

    Aimé par 1 personne

    1. Tout à fait !
      Toi tu perds plusieurs heures (voire plus) à t’appliquer sur ta candidature mais le recruteur, lui, ne prendra même pas la peine de jeter le moindre coup d’œil sur ton CV ! C’est sûr que le respect en prend un coup !

      Bon, maintenant, à quand les ateliers Pôle emploi « CV pour les bots » ?

      J'aime

  3. Tu illustres bien la déchéance du genre humain…
    J’avais lu un article sur l’utilisation de cette technologie par Google… et vu un reportage sur Science & Vie, sur le sujet… Affolant !
    Et des mecs tout contents d’utiliser ou même d’avoir inventé (un français, lyonnais, si je me souviens bien… pour info) ces trucs monstrueux…

    J’espère retrouver une certaine paix et reprendre mes propres activités rédactionnelles, entre autres, sur ce genre de dérives…

    Aimé par 1 personne

    1. Le pire c’est quand même les recruteurs qui râlent parce qu’on triche dans les candidatures pour passer le barrage des bots, mais eux ça ne les dérange pas de tricher en confiant un simple boulot de tri de candidatures à une machine sans cervelle !
      C’est l’hôpital qui se fout de la charité (je sais pas si on dit ça en Suisse)…

      Aimé par 1 personne

  4. la copie de l’annonce en police infinitésimale blanc sur blanc semble être une bonne méthode.
    Je te rejoins, pour un boulot ou ‘humain est primordiale on fait tout passer par des robots ….

    Aimé par 2 personnes

    1. Oui cette idée est vraiment bonne, sans forcément mettre l’annonce en blanc : au moins, en la mettant sur la 3e page du document, le recruteur ne peut pas nous reprocher d’essayer de tricher…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :