Intéressant…

En furetant sur le net, j’ai trouvé un article intéressant titré 9 choses qui poussent les bons employés à démissionner !, et dont vous pouvez trouver l’original (source : le Huffington Post).

Je me suis reconnue dans tellement de points traités dans cet article que je n’ai pas pu m’empêcher de les reprendre ici !

tropdeboulot

« 1. Ils font travailler les meilleurs plus que les autres

Rien ne fait plus fuir les bons employés que de les surcharger de travail. C’est si tentant de donner beaucoup de choses à faire aux meilleurs, et les managers font souvent cette erreur. En effet, les faire travailler davantage n’est pas une bonne idée car ils ont finalement le sentiment d’être punis pour avoir eu de bons résultats. Travailler, c’est bien, mais travailler trop, c’est contre-productif. […] »

Ici, le mot d’ordre, c’est « truc elle sait pas faire donc fais-le à sa place ». Beaucoup se retranchent derrière une pseudo-incompétence pour ne pas avoir à faire leur boulot et le refiler aux autres, càd à ceux qui savent faire ou qui ont la curiosité d’essayer d’apprendre à faire.

compliment.jpg« 2. Ils ne sont pas reconnaissants et ne récompensent pas le travail bien fait

Il est très facile de sous-estimer l’importance d’une petite tape dans le dos, surtout avec les plus doués des employés qui sont naturellement motivés. Tout le monde aime être félicité, notamment ceux qui travaillent dur et qui se donnent à fond. […] Si vous leur donnez de quoi les récompenser pour ce qu’ils accomplissent, ils ne partiront pas. Sachez qu’il n’y a rien de plus frustrant que de donner son maximum, d’obtenir des résultats mais de ne pas voir sa part du gâteau. »

Pourtant lors des entretiens l’année dernière, après le rachat de la boîte, les repreneurs avaient dit à tout le monde « moi, autant quand ça va pas, je le dis, autant quand le travail est bien fait, je le dis aussi ! »
Mais depuis, personne n’a jamais eu aucun compliment de la direction pour le travail effectué… À croire qu’on est tous des gros nuls !

13-pratiques-manageriales.jpg« 3. Ils ne se soucient pas de leurs employés

Plus de la moitié des gens qui quittent leur travail le font à cause de la mauvaise relation qu’ils entretiennent avec leur(s) supérieur(s) hiérarchique(s). […] Un boss qui célèbre le succès d’un de ses employés, qui montre de l’empathie avec celui qui traverse une mauvaise passe, qui n’hésite pas à motiver et à donner des défis à ses équipes, c’est positif. Un patron qui n’agit pas de la sorte aura inévitablement beaucoup de turnover dans sa société. En effet, c’est impossible de travailler plus de 8 heures par jour pour une personne qui ne s’investit par personnellement et qui ne se soucie que de votre productivité. »

Ah oui ça il n’en ont rien à péter de nos petites vies misérables ! Leur soi-disante sollicitude s’arrête à un « ça va ? » le matin, simple formule de politesse. Quand quelqu’un est absent, tout ce qui leur importe, c’est de savoir quand il revient à son poste. Peu importe si il est malade, ou a de graves problèmes familiaux, ils ne s’en soucient pas !

bluff.gif« 4. Ils n’honorent pas leurs engagements

Faire des promesses aux gens vous place à la frontière très mince entre les rendre heureux ou les voir claquer la porte. Le résultat étant engagé si vous tenez votre parole, ou pas. Lorsqu’un manager prend un engagement auprès d’un salarié, il monte dans son estime car il met en avant le fait qu’on puisse lui faire confiance et qu’il est loyal (deux énormes qualités chez un patron). Mais à l’inverse, lorsque la promesse n’est pas tenue ou l’engagement rompu, le manager donne l’impression d’être irrespectueux. L’employé, lui, se sent trahi. […] »

Je ne compte plus les promesses qu’ils nous ont faites et qui n’ont jamais été tenues…

Feet On The Desk« 5. Ils embauchent et promeuvent les mauvaises personnes

Les meilleurs employés, ceux qui travaillent dur, veulent faire équipe avec des professionnels de leur niveau. Mais quand les managers ne font pas ce qu’il faut pour embaucher des personnes de leur calibre, c’est clairement un facteur de démotivation. En ce sens, promouvoir certains qui ne le méritent pas, c’est pire ! […] »

Ça c’était plus avec l’ancien patron : il augmentait sans cesse le salaire de Couille-molle (le « pseudo » chef du « pseudo » service informatique), alors que tout le monde sait que c’est un gros branleur et un incapable. Résultat : la paye de ministre de ce branlot contribue amplement à la mauvaise santé financière de la boîte (car je vous rappelle que nous ne sommes plus que 12 salariés, alors pour si peu, un seul salaire mirobolant ça joue beaucoup).

passion.gif« 6. Ils ne les laissent pas vivre leur passion

Les employés talentueux sont passionnés. Et trouver des solutions pour leur permettre de continuer à vivre leur passion au quotidien améliore leur productivité et leur satisfaction personnelle. Mais par peur de voir leur productivité baisser, les managers ont tendance à faire en sorte que leurs meilleurs éléments travaillent en vase clos. Sauf qu’en réalité, cette peur n’est absolument pas fondée. En effet, plusieurs études montrent que les employés qui peuvent vivre leur passion, y compris au bureau, voient leur productivité être 5 fois plus importante que la moyenne. »

Bon là, je ne saurais trop quoi dire, mes passions étant bien loin de la spécialisation de la boîte (le droit public), je ne vois pas comment ils pourraient me laisser vivre l’une d’elles sur place…

escaliers.jpg« 7. Ils échouent à développer leurs compétences et à les faire progresser

[…] Les bons managers […] prêtent attention à tout ce qu’il se passe, sont toujours à l’écoute et présents pour faire des retours ou donner des conseils. Mieux encore, il est de leur ressort de trouver dans quel secteur un salarié, aussi bon soit-il, peut s’améliorer. Et contrairement à ce que beaucoup pensent, plus un employé est bon, plus il a envie d’être entouré et de progresser. Sans soutien, il ne restera pas longtemps. »

La direction n’en a absolument rien à carrer de ce que je fais, donc je ne vois pas comment elle pourrait me faire progresser…
Nous n’avons même pas eu d’entretiens individuels cet année, alors qu’avec l’ancien patron, c’était LE rendez-vous attendu du mois de juin, lors duquel on faisait le point sur la qualité de notre travail et on évoquait d’éventuels désirs de formations.
Mais ça, c’était avant…

creativite« 8. Ils ne laissent aucune place à la créativité

Les meilleurs travailleurs ont tendance à vouloir améliorer tout ce qu’ils touchent. En tant que boss, si vous portez atteinte à leur capacité à changer et bonifier pour la simple raison que vous aimez les choses ainsi et voulez les garder telles qu’elles sont, vous vous tirez une balle dans le pied. En effet, vos employés vont vite se mettre à tourner en rond. Limiter leurs désirs de créer, c’est prendre le risque énorme de les voir trouver ce qu’ils recherchent ailleurs. »

D’après ma formatrice Photoshop, je suis créative, c’est pas moi qui le dis, même si, en effet, j’adore créer…
Il y a un peu plus d’un an, lors des Grandes Promesses, on m’avait assuré que cette créativité serait mise à profit comme il se doit.
Depuis, je ne vois pas à quel moment on m’a sollicitée pour ça, à part au début, quand il a fallu réfléchir aux changements de styles, mais depuis, on ne me demande plus rien d’intéressant…

femme-ennui-bureau_visuel« 9. Ils ne les stimulent pas intellectuellement

[…] Il ne faut pas oublier que pour des salariés particulièrement compétents et intelligents, faire des choses banales et simples appelle à l’ennui. Là encore, si ce type de situations se présente trop souvent à leur goût, ils n’hésiteront pas à trouver leur bonheur ailleurs. »

Là par contre, je ne suis pas du tout d’accord avec ce dernier point : me faire faire des copier-coller et des validations à longueur de journée, ça stimule énormément mon intellect !

Bon, l’article évoque la démission des « bons employés », alors je ne voudrais pas que vous vous imaginiez que je me vante d’être une employée modèle (surtout ces derniers temps où je glande plus que je bosse), mais je sais ce que je vaux : l’ancien patron a dit à plusieurs reprises que j’avais su très vite me rendre indispensable à l’entreprise, et puis fin 2013, quelques semaines seulement après mon arrivée dans la boîte, on m’a garanti que j’étais embauchée parce que je faisais un excellent boulot, alors que ma période d’essai était loin d’être terminée ; de plus, on m’a vite laissée en autonomie sur certaines tâches car on s’est rendu compte que je n’avais pas besoin d’être supervisée pour tout.
Par conséquent, même si je ne suis pas parfaite (j’ai récemment laissé passer une faute dégueulasse dans une de mes newsletters, je l’ai vue trop tard), et même si mon dynamisme en a pris un coup ces derniers temps (merci le bore out), je ne pense pas être une mauvaise employée ou un boulet ; et étant donné que je n’ai qu’une envie, c’est me barrer d’ici, je me sens donc logiquement concernée par cet article…

D’ailleurs, cet article s’applique aussi à mon pote, l’ancien informaticien de la boîte dont je parle ici, et qui a démissionné car il en avait ras-le-bol : c’est lui qui se démenait pour faire tout le boulot tandis que Couille-Molle, son « chef » de service, se ramassait tous les lauriers, l’ancien patron le portant aux nues constamment (on se demande bien pourquoi). Ses compétences n’étaient quant à elles jamais vraiment sollicitées, on lui demandait de plus en plus de faire un boulot merdique et rébarbatif sur le backoffice pourri de notre site Internet.

Si on compte tous les départs voulus qu’il y a eu dans ma boîte depuis que j’y suis (8 démissions, 1 inaptitude et 1 départ pendant la période d’essai), la plupart étaient dus, au moins en partie, à des critères cités dans cet article… On ne part pas parce qu’on trouve mieux ailleurs : on cherche mieux ailleurs pour pouvoir partir. On fuit des managers et des dirigeants nuls, on fuit les mauvais choix qu’ils ont faits et qui, bien sûr, nous retombent dessus (vive le « ruissellement »), on fuit la mauvaise ambiance qui en découle…

Bref, j’espère que bientôt, c’est moi qui vais fuir !

sparrow

 

8 commentaires sur “Intéressant…

Ajouter un commentaire

      1. On en a un beau spécimen ici ! Le gars se retranche derrière un vocabulaire technique que personne ne comprend pour faire semblant d’être un pro, mais en fait lui-même ne comprend rien à ce qu’il baragouine, vu qu’il est incapable de faire des démonstrations de ce qu’il dit ou de reformuler plus simplement… ce brave Couille-Molle…

        J’aime

  1. au bout du rouleaux, il se rend malade pour se job, donc stop. Hier était sa dernière journée de cdd, ils ne sont pas fichus de le passer en cdi alors que des gens qui ne font pas bien leur travail on eu un cdi en 3 ou 6 mois de boîte. Tant pis pour eux… Du travail oui pas au prix de sa santé mental et physique…

    Aimé par 1 personne

    1. C’est sûr ! C’est hyper frustrant quand tu vois des branleurs professionnels avoir des promotions, des salaires de dingues, alors qu’ils sont pépères à ne rien faire dans leur coin et que personne ne leur dit rien quand ils font des conneries…
      Et toi pendant ce temps tu te démènes pour faire du bon boulot et tu récoltes quoi à la fin ? Une usure physique et psychologique et rien d’autre !
      Que ton homme prenne le temps de bien se reposer, et je lui souhaite de se remettre de cette mauvaise expérience et de trouver un contrat dans une boîte qui prendra en considération ses compétences et sa bonne volonté !
      Mon homme c’est pareil à son taf avec son chef incompétent, mais il aimerait carrément arrêter la cuisine mais ne sait pas trop vers quoi se réorienter (d’autant que la restauration c’est un des rares domaines qui recrutent facilement, alors si c’est pour aller vers un domaine où il ne trouvera pas de boulot pérenne c’est pas la peine…).

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :