Suivre une formation dans une AFPA agonisante, c’est tout un art !

Eh oui, comme je vous l’expliquais dans ce post, après un long parcours du combattant pour dénicher une formation dans les RH, je m’étais finalement rabattue sur la seule solution qu’il me restait pour changer de voie professionnelle : une formation AFPA de secrétaire assistante (titre niveau IV).

Donc retour à la case AFPA pour moi !

afpa.jpg

****

Quelle déception…

Franchement, l’AFPA de 2012 n’avait plus grand chose à voir avec celle de 2004 (et pourtant c’était exactement le même centre de formation, au même endroit !).

Locaux et matériels :

Les locaux, qui n’avaient pas été rénovés depuis alors qu’à l’époque ils n’étaient déjà plus très frais, étaient délabrés.

Le matériel informatique était vieillot et multipliait les bugs, ce qui est quand même un comble pour des formations dans l’administratif, où le PC est le principal outil de travail ! Pour vous dire, mon rapport de stage était complètement planté à cause d’un bug, du coup l’informaticien (qui était très sympa) avait trouvé pour seule solution de me le convertir en pdf pour que je puisse le présenter au jury… Heureusement que je l’avais terminé !

ordi-prehistoriq.png

Il n’était plus question de loger gratuitement les stagiaires qui venaient de loin : ceux-ci devaient payer, tout ça pour avoir une chambre délabrée, bouffée de moisissures et mal isolée… Du coup, le stagiaire de notre groupe qui habitait dans le 43 rentrait chez lui tous les soirs, il préférait faire ça que payer pour crécher dans un cloaque !

Contenu de la formation :

La formation, plus courte de 2 mois que celle que j’avais suivie la fois précédente (alors qu’elle était du même niveau), ne contenait plus qu’une seule période de stage de 2 semaines, contre 3 périodes de stages auparavant (soit 8 semaines au total).

De plus, alors qu’en 2004 j’avais suivi une formation ultra complète avec cours de management, d’informatique, et même formation SST en complément des cours de responsable de rayon, en 2012, il n’y eut rien de tout ça ! On a déjà peiné à boucler le programme, et là où je fus le plus déçue, c’est qu’on était censés gérer un genre d’entreprise virtuelle pendant la formation (je ne sais plus comment ils appelaient ça) ; il s’agissait d’une entreprise d’eau minérale (hyper original pour la région…), dans laquelle chacun était censé occuper un poste virtuel en fonction de ses aspirations professionnelles. Du coup, lorsqu’on avait établi l’organigramme, j’étais logiquement au service du personnel.

Sauf qu’à part faire un organigramme et une espèce de sondage auquel peu de personnes ont finalement répondu, on n’a rien fait par rapport à cette entreprise virtuelle, qui ne nous a donc servi à rien.

Moi qui trouvais cette idée géniale, je n’imaginais pas du tout que ça se passerait comme ça : je pensais qu’on passerait beaucoup de temps à nos postes virtuels, au lieu de bailler pendant que la formatrice nous faisait lire à tour de rôle des polycopiés sur comment envoyer un fax ou sur les transporteurs…

britbrit

Ambiance :

Alors qu’en 2004 on était un bon petit groupe avec un super formateur et une bonne ambiance, 8 ans plus tard les choses avaient bien changé ! Au début, tout le monde s’entendait bien, et puis, avec le temps, des clans se sont formés et des prises de tête se sont multipliées… Perso je m’entendais bien avec tout le monde, comme d’autres d’ailleurs dans le groupe, mais je déplorais cette ambiance merdique… Après tout, le dernier « A » dans AFPA ça signifiait « Adultes », or là on avait l’impression d’être dans une cour d’école !

ambiance

Questionnements quant à la sélection des stagiaires :

Lors de la réunion d’information, on nous avait bien répété qu’il fallait, pour pouvoir accéder à cette formation, connaître un minimum l’informatique. Cela ne nous a pas empêchés de nous retrouver avec des nanas qui ne savaient même pas allumer un PC, mais qui par contre… étaient au RSA…

Je trouve dégueulasse que, comme d’habitude, pour des questions de quotas (et donc de fric, car à mon avis l’AFPA devait toucher un petit quelque chose pour prendre un nombre minimum de gens au RSA), ils aient préféré sélectionner des personnes qui ne remplissaient même pas un critère essentiel, recalant du coup des gens vraiment motivés qui, eux, auraient eu leur place parmi nous. Car il faut savoir que, bien sûr, ces 2 personnes ont abandonné la formation en cours de route…

Tout ça pour ça ! Quand on sait la galère que c’est pour trouver une formation rémunérée dans un domaine qui nous intéresse, ya de quoi rager !

homer-unfair.gif

****

Un point positif

Alors j’ai quand même trouvé un point positif à faire cette formation : mon petit stage de 2 semaines…

Difficile à dégoter

Bien sûr, pour le dénicher, ce fut comme à chaque fois un chemin de croix : j’ai envoyé un nombre incalculable de candidatures, dans le privé comme dans le public, mais bien sûr c’était non à chaque fois. Certes, le fait que je vise spécifiquement le service du personnel n’aidait pas, mais il y avait aussi la mauvaise réputation de l’AFPA qui jouait en ma défaveur : en relançant des entreprises par téléphone, j’ai eu plusieurs fois en retour une réaction au ton dégoûté quand je nommais mon organisme de formation : « oh, c’est l’AFPA… Vous savez, on prend pas de stagiaires actuellement, blablabla… »

les-stages-remuneres-sont-de-plus-en-plus-rares

Finalement, ce n’est même pas moi qui ai trouvé mon stage : c’est une conseillère en orientation de l’AFPA, très sympa d’ailleurs, qui avait un contact à la FFB de mon département, et qui savait que la personne qui y était chargée des formations allait avoir besoin d’un stagiaire pour l’aider. Les dates ne collaient pas avec celles de mon stage, mais le directeur de l’AFPA a donné son accord pour que je décale, de toute façon je n’étais pas la seule car les 2 stagiaires en CIF avaient eux aussi des dates décalées, on se retrouverait donc à 3 dans les locaux de l’AFPA quand les autres, eux, effectueraient leurs périodes de stages.

mais tellement enrichissant !

Ce stage fut vraiment génial pour moi ! J’ai été super bien accueillie par tous les membres du bureau (ils étaient 7 en comptant le secrétaire général), je me suis intégrée hyper facilement, et on me refilait des tâches vraiment intéressantes : déjà, de base, mon boulot consistait à gérer les dossiers administratifs des formations suivies par les adhérents (des entreprises du bâtiment), de A à Z (c’est-à-dire de la prospection auprès de ces entreprises à l’accueil des stagiaires quand les formations étaient organisées dans nos locaux).

J’ai également appris à établir des factures, à gérer l’accueil physique et téléphonique (ça j’ai moins aimé mais bon, quand t’es secrétaire tu n’y réchappes pas…), à établir des dossiers administratifs de contentieux… C’est que j’en ai fait des choses pendant ces 2 semaines !

Ce stage m’a d’ailleurs permis de préciser mon projet professionnel : assistante RH, c’était bien mais je ne trouvais pas de formation à ce niveau. Par contre, avec le titre niveau IV que j’allais décrocher après ma formation de secrétaire assistante, je pourrais éventuellement prétendre à un poste de secrétaire de formation.

D’autant que la formation pro, déjà, j’en connaissais une partie, vu le temps que j’avais mis à en trouver une, épluchant un à un les différents dispositifs existants, et puis c’est vraiment intéressant de permettre à des gens de se former en fonction de leur situation, de leurs objectifs, de leurs besoins…

Malheureusement, et comme à chaque fois, ce projet professionnel allait une fois de plus retomber mollement, tel un soufflé raté… Mais vous en saurez plus à ce sujet dans un prochain post !

****

En conclusion

En conclusion, je dirais que non, je ne regrette pas d’avoir fait cette formation, elle m’a permis d’apprendre des choses, notamment en informatique (se servir de Publisher, par exemple), ou encore concernant les normes de rédaction d’un courrier, mais aussi au sujet des RH (gestion des congés, etc.). Et, bien sûr, elle m’a permis de faire un super stage dans un domaine qui me plaît !

Mais je déplore vraiment ce qu’est devenu l’AFPA… Je ne sais pas si depuis les choses se sont améliorées, mais je l’espère vraiment, car cet organisme était, en 2012, au bord de la banqueroute, et le personnel menaçait de faire grève (pour vous dire, la caricature que j’ai mise en top image du post date de cette époque)…

Je sais juste que depuis (infos que je tiens de l’ancien directeur qui avait suivi une formation Photoshop avec moi en 2016), le 1er « A » ne signifie plus « Agence » mais « Association », l’organisme ayant changé de statut. Les choses se sont donc peut-être améliorées…

Espérons-le car l’AFPA reste le seul échappatoire pour beaucoup de personnes qui, comme moi, n’ont pas les moyens de raquer plus de 1 000 euros pour se former, et ont des charges qui font qu’elles ont besoin d’une rémunération, même minime, pour vivre. Ces personnes qui se mangent des murs quand elles cherchent à se réorienter finissent souvent dans cet organisme, car c’est le seul qui reste encore peu contraignant en terme de critères (attention je dis ça mais c’est relatif bien sûr !).

Love-Always-Always-Complicated.gif

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :