Le crabe aux pinces… de mort

Il m’est déjà arrivée sur ce blog d’évoquer rapidement ma peur des tégénaires, vous savez, ces horribles araignées noires poilues qui se terrent dans les coins sombres, et peuvent faire la taille d’une main…

Je qualifie cette peur de phobie, car j’ai systématiquement un mouvement de recul incontrôlé quand j’en vois une et surtout, car lorsqu’elles se déplacent, mettant leurs 8 longues pattes en mouvement, je panique…

hal-peur.gif

On dit souvent que les phobies sont des peurs inexpliquées (c’est vrai pour les tégénaires : elles sont inoffensives pour l’homme, mais j’ai beau le savoir, elles me font quand même paniquer quand je vois leurs grandes pattes s’actionner…), cependant j’en ai une autre qui, elle, s’explique pourtant parfaitement : j’ai la phobie du cancer…

Je ne parle pas du signe astrologique (c’est le mien en plus), mais de cette saloperie de maladie qui fait souffrir horriblement quiconque en est atteint, à tel point que le malade veut souvent en finir avec la vie…

On a l’impression que cette saleté est présente partout, et qu’on doit se considérer chanceux quand on en n’attrape pas !

****

Il est sous les feux de la rampe…

patrick_roy.pngMaintenant, chaque fois que le décès d’une star est annoncé, je me dis « cancer ? ». C’est horrible mais je ne peux pas m’en empêcher ! Il faut dire que depuis quelques années, la plupart des célébrités se sachant atteintes de cette maladie l’avouent devant les médias : ce fut le cas de Jean-Luc Delarue, de Patrick Swayze, d’Alain Bashung, de Farah Fawcett et plus récemment de Johnny… , alors qu’avant, on apprenait, une fois la personne décédée, qu’elle l’était « des suites d’une longue maladie », comme en 1993 pour Patrick Roy, qui était atteint d’un cancer des os.

mccluskey.jpgLe cancer est tellement médiatisé qu’il est même utilisé dans les films ou les séries, quand la prod veut se débarrasser d’un personnage d’une manière horrible (souvenez-vous du Docteur Greene dans Urgences, ou, plus glauque encore, de Karen Mc Cluskey dans Desperate Housewives, qui meurt d’un cancer du poumon alors que l’actrice elle-même a succombé à cette maladie quelques jours après la fin du tournage…).

Certaines stars arrivent à vaincre cette merde (Kylie Minogue, Shannen Doherty…), d’autre luttent actuellement contre elle (Bernard Tapie…).

Et d’autres, malgré leurs messages rassurants sur leur état de santé auprès de leurs fans, succombent malheureusement…

****

Personne n’est à l’abri !

Même en ayant une hygiène de vie nickel, on peut se choper un cancer. Le problème est que cette maladie peut s’accrocher à la moindre de nos cellules, et quand on sait que le corps humain en possède 100 000 000 000 000, dites-vous que chaque individu, quel que soit son âge, son sexe, ses habitudes de vie, a 100 000 000 000 000 de (mal)chances de se choper un cancer !

Quand j’étais en 6e, un de mes camarades de classe était atteint d’une leucémie (cancer du sang). Il a succombé l’année suivante… Un gamin de 12 ans, quoi…

Récemment, j’ai appris que le petit frère d’une proche souffrait d’un cancer de l’œsophage (il a 27 ans et n’a jamais fumé ou picolé en excès).

Tout ça pour dire que personne n’est à l’abri… Vous pouvez faire attention à manger sain, mettre de la crème solaire indice 50, faire du sport, ne pas fumer, ne pas boire, ne pas prendre de drogue, ne pas avoir de terrain héréditaire, vous avez quand même le risque qu’un jour une simple douleur à première vue bénigne se révèle, après analyses, être cette saleté de crabe.

****

Agonie…

Ce que je trouve horrible avec cette maladie, outre le fait que la science ne lui trouve pas de véritable remède, c’est l’agonie pour ceux qui ne s’en sortent malheureusement pas : des mois à souffrir alors qu’on se sait condamné, vous imaginez un peu ?

bourvil
Dans Le Mur de l’Atlantique, l’un de ses derniers films…

En écrivant ces lignes, je pense à l’acteur Bourvil, qui un jour a demandé au médecin d’analyser une bosse qu’il avait dans le cou, pensant à un truc bénin, et qui a appris qu’il s’agissait d’un cancer de la moelle osseuse, l’un des plus horribles en terme de souffrance, et surtout, l’un des incurables… Malgré cette souffrance qui l’obligeait à s’allonger, hors caméra, pour souffler un peu, il a continué à faire ce qu’il aimait le plus : son métier d’acteur, et ce jusqu’au bout. J’ai toujours trouvé qu’il avait été très courageux, car moi, à sa place, je sais que je serais restée prostrée dans mon coin à pleurer sur mon sort en attendant la Faucheuse…

Le cancer est d’ailleurs une des rares raisons qui pour moi justifient un suicide : plutôt que de continuer à souffrir horriblement, autant en finir une bonne fois pour toutes ! Je suis par conséquent pour l’euthanasie dans ces cas-là.

Pour les proches, même s’il n’y a pas la douleur physique, la souffrance psychologique doit être atroce : voir un être qu’on aime dépérir de jour en jour, en sachant que tôt ou tard on recevra un coup de fil pour nous annoncer son décès… quelle horreur !

Jusqu’à maintenant, j’ai eu la chance de ne pas avoir à vivre ça (une de mes tantes est décédée il y a pas mal d’années d’un cancer du col, mais je ne l’ai jamais connue ; mon grand-père maternel, lui, a perdu le combat contre son cancer de la gorge, mais je ne le voyais pas beaucoup), et je souhaite de tout mon cœur que jamais un seul de mes proches ne m’annonce un jour : « j’ai un cancer », d’ailleurs j’espère également ne jamais en avoir un moi-même car je ne veux pas infliger à mes proches le spectacle de mon agonie…

crabe
S’il suffisait de faire ça pour vaincre cette saloperie !

 


Edit : je viens d’apprendre le décès du célébrissime chef multi-étoilé Joël Robuchon et devinez de quoi il est mort lui aussi ?…

joel-robuchon-photo-francois-guillot-afp-1533547317.jpg

6 commentaires sur “Le crabe aux pinces… de mort

Ajouter un commentaire

  1. Un autre aspect abominable de cette maladie, c’est que les traitements sont presque pires que le mal. La chimiothérapie a tellement d’effets secondaires qu’elle en est invalidante. La radiothérapie est atrocement douloureuse.
    Cela explique qu’en cas de rechute, certains patients préfèrent se laisser mourir sans se soigner plutôt que de revivre ça.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui et ça peut tout à fait se comprendre !
      Et d’ailleurs, cela explique aussi le fait que certains refusent carrément ces affreux traitements et tentent les médecines douces, ou alors, refusent tout traitement quel qu’il soit, et préfèrent profiter du temps qu’il leur reste pour vivre au lieu de le passer à prendre des médocs ou à vomir, ou encore sur un lit d’hôpital…

      J’aime

  2. Je me suis toujours demandée pourquoi on disait d’un cancer, un crabe. Maintenant j’ai la réponse XD https://www.bienetre-et-sante.fr/pourquoi-cancer-crabe/

    Sinon, je te souhaite de ne jamais connaitre tout ça. Pour ma part, ça ne m’étonnerai pas que j’en meurs un jour. Toutes les femmes de ma famille sont parties de cette manière. Cancer du sein, cancer du pancréas, cancer du col etc. etc.
    Il faudra bien y faire face quand ça arrivera :).

    Aimé par 2 personnes

  3. On est souvent plus fort qu’on ne croit quand on y est confrontés!!!
    Mon père a guéri de deux cancers, ma tante (sa sœur) a lutté mais le mal était trop fort!
    Ma grand mère (leur mère) est partie sans vouloir lutter car la mort de sa fille chérie l’avait dévastée (alors qu’elle aurait pu se battre…).
    Il y a un terrain dans ma famille paternelle et plus tôt, ,je ferais mon suivi, mieux ce sera pour guérir si je suis touché (j’avoue flippé mais je préfère m’y préparer…).
    Côté maternelle, ce serait plutôt Alzheimer, ou sans rapprochant (surtout chez les femmes.

    J’envie et j’espère mourir comme Une arrière grande-tante: a 98 ans!! après une semaine d’hôpital!
    Ou une vieille dame de mon village solide et partie dans son sommeil à 93 ans!

    Je ne sais pas comment je réagirais si ça m’arrivait, tout dépendrait de l’avancé du mal…
    Si je suis condamné, je réaliserai un dernier grand défi (si j’en ai la force)!!
    Et toi, que ferais-tu réellement?

    Aimé par 1 personne

    1. j’en sais rien… déjà il me faudrait un moment pour passer le cap du désespoir, ensuite… je pense que je tenterais le traitement, mais en cas de récidive j’essaierai de faire un max de trucs avant de mourir…
      Je dis ça mais n’étant pas du genre à vivre le moment présent, je passerais peut-être mes derniers mois à me morfondre…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :