Bosser comme contractuelle, c’est tout un art !

Dans ce post, je vous expliquais que je m’étais finalement décidée, malgré mes réticences, à tenter un concours de la fonction publique territoriale, celui d’adjoint administratif, mais que je l’avais raté à 3 places près…

En parallèle de mes révisions pour ce concours, mes droits aux allocations chômage s’épuisant rapidement, et ne souhaitant plus travailler dans la grande distribution, j’avais envoyé un nombre incalculable de candidatures dans le privé et le public pour décrocher un job administratif, histoire de mettre un pied dans ce domaine qui pour moi serait une bonne solution en attendant de trouver ma voie : des horaires de bureau, donc compatibles avec ma vie de jeune maman dépourvue de voiture, des tâches intéressantes qui demandent une rigueur dont je me sentais capable, fini d’être en 1re ligne pour en prendre plein la tronche par des clients mécontents…

humour-noir-demande-emploi-deces-directeur-technique-cv-lettre-motivation.jpg
J’ai ri…

Après un nombre tout aussi incalculable de retours négatifs et de non-réponses, j’ai fini par décrocher un CDD à temps plein au CCAS de ma ville, en remplacement d’un congé maladie.

****

La fonction publique et moi…

Dans ce CCAS, j’ai occupé 2 postes différents :

1 – J’étais tout d’abord agente d’accueil social. Mon travail consistait à tenir l’un des guichets d’aide facultative, c’est-à-dire d’aides que seule la commune avait décidé de mettre en place (sous forme de bons alimentaires, d’aides financières en fonction du reste à vivre des gens, etc.).

Ce job avait des bons et des mauvais côtés.

Les bons :

  • Niveau horaires c’était le top !
  • J’avais tous mes week-ends, jours fériés, ponts, etc.
  • L’ambiance était sympa et détendue avec les collègues.
  • Le boulot était enrichissant, autant sur le plan de mes tâches que sur le plan humain.

Les mauvais :

  • On se sentait parfois impuissants de ne pas pouvoir aider plus les gens dans le besoin.
  • Le matériel était vieillot, ce qui compliquait le travail.
  • Les gens étaient parfois désagréables. J’ai eu droit à « vous savez pas ce que c’est, vous avez un travail de fonctionnaire vous ! » (ce à quoi je répondais que d’ici quelques semaines, ça allait être retour à la case chômage pour moi…) ; à des gens qui essayaient de gruger pour passer avant les autres ; à une bonne femme qui avait tapé un scandale parce qu’elle était venue trop tard et qu’elle aurait pas le temps d’aller chercher ses sous à la trésorerie. Quand on lui avait répondu qu’elle pouvait aller aux Restos du cœur en attendant, elle nous avait sorti « ah mais je vais pas donner des boîtes de conserve à manger à mes gosses ! » (euh, tu crois que je lui fais quoi, des fois, à ma gamine le soir ?)… Mais le pire, c’était le vieux con sous tutelle qui était bourré H24 (alors que le CCAS lui avait payé plusieurs cures de désintox en vain) et qui se trompait de jour pour venir et du coup nous insultait (son odeur de pisse étant déjà une insulte pour nos narines).

2 – Heureusement, la nana que je remplaçais étant revenue, on m’a collée, pour les 2 semaines qui me restaient à faire, au service RH. Mes tâches : mettre à jour tous les dossiers du personnel, et je peux vous dire que dans la fonction publique, yen a de la paperasse à classer ! C’était top pour moi : j’étais seule dans un bureau, à faire de la paperasse, tranquille, et je n’avais plus de contact avec un public difficile.

paperasse
Même pas peur !

Une fois que j’ai fini tout ça (à une vitesse qui avait impressionné les collègues — je vois pas ce qu’il y avait d’impressionnant, mon seul secret étant que je n’allais pas en pause toutes les 10 minutes malgré une collègue qui venait me voir « tu sais tu peux prendre des pauses de temps en temps »), j’ai secondé l’assistante RH : traitement de candidatures, de courrier départ, etc. Elle était super sympa (le DRH aussi d’ailleurs : il nous faisait des galettes bretonnes délicieuses ! lol) et on a beaucoup discuté, et c’est de cette expérience au service du personnel du CCAS qu’a germé en moi une idée…

****

Nouvelle idée de carrière ?

Cette nouvelle idée de métier, c’était assistante RH. En effet, le domaine des ressources humaines, suite à mon expérience au CCAS, m’intéressait de plus en plus : un monde en perpétuel changement, avec des aspects très variés (salaires, retraites, congés, formations, recrutement…), tout en restant un emploi administratif.

bloc_rh_competences.jpg

Sachant que, quelques semaines après la fin de mon CDD, j’avais reçu la lettre fatidique me disant que j’avais planté le concours, il ne me restait plus qu’à repartir dans le monde de la formation professionnelle pour pouvoir m’orienter dans cette nouvelle voie.

Et c’est là que commença un nouveau parcours du combattant pour moi, dont je vous parlerai dans un prochain post…

****

J’ai halluciné…

Avec cette courte expérience dans la fonction publique (un moi et demi), j’ai eu le temps de faire de nombreuses constatations hallucinantes en comparaison du domaine privé, et je me suis rendu compte que certains « clichés » sur les fonctionnaires étaient en fait vrais :

  • les horaires sont hyper cools (si je me souviens bien, je finissais à 16h30 le soir) ;
  • le rythme de travail est loin d’être effréné : les collègues, que ce soit au service d’aide facultative ou au service RH, étaient constamment en pause, tout étant prétexte à quitter son guichet/bureau : le portable qui sonne, la clope, le café, la collègue qui rentre de vacances et qui raconte comment ça s’est passé, l’envie de pisser, de prendre l’air, un coup de fil à passer, le grignotage, ah ben maintenant que j’ai grignoté j’ai soif je vais me chercher un verre d’eau, j’ai chaud je vais aller poser ma veste, j’ai froid je vais aller chercher ma veste, etc.
    pause.jpg
    Et pour ce qui est du service RH et de la montagne de papiers en retard dont j’ai dû m’occuper, franchement, j’ai jamais compris comment ils s’étaient débrouillés pour en cumuler autant ! Classer ces documents ne m’a pas pris tant de temps que ça, il suffisait de s’y mettre une bonne fois pour toutes ! Les agents devaient vraiment bosser lentement pour ne pas en venir à bout…
  • tout était prétexte à réunions (et donc à ouvrir au public plus tard que d’habitude) : un jour on en a eu une qui a duré plus d’un heure juste pour savoir si notre service pourrait prendre le petit meuble de rangement dont un autre service ne se servait plus pour classer certains de nos dossiers, car c’était apparemment chiant parce qu’il fallait se baisser pour les prendre là où on les rangeait habituellement…
  • les grèves étaient toutes suivies, quelle qu’en soit la raison !
  • les titulaires avaient droit, en plus des jours fériés et des ponts, à des « jours du maire », qui étaient en fait des jours de congés payés offerts par le maire… Sympa…
  • quand j’étais au service du perso à classer la paperasse, je me suis rendu compte du papiersdossiers.jpgnombre effarant de papiers pour la moindre petite demande. Exemple : pour une demande d’absence justifiée, il fallait au moins 3 exemplaires d’un même formulaire. Du coup, même les dossiers d’agents arrivés il y a peu étaient super épais ! La forêt amazonienne ne remercie pas la fonction publique française !
  • le matériel était limite vétuste : on en était encore au kardex pour les dossiers des bénéficiaires d’aides, et les ordis étaient vieux et déconnaient souvent. Les locaux, pourtant dans un bâtiment classé historique, auraient mérité un coup de frais : lino usé et cradingue, meubles bancals…

Bref, tout cela m’a vraiment fait bizarre, à moi qui était habituée à attendre la permission pour aller à mon unique pause de la demi-journée, chronométrée à la minute, à bosser les samedis, dimanches matins et certains jours fériés, à sortir du boulot quand il faisait nuit, à bosser vite pour ne pas me faire engueuler ensuite par les chefs à cause d’une productivité insatisfaisante, à supporter des cons de clients qui venaient avec leurs voitures neuves se plaindre parce que leur foie gras passait en caisse 1 centime de plus qu’indiqué, alors qu’au CCAS les gens osaient à peine se plaindre qu’ils n’avaient pas de quoi s’acheter un ticket de bus…

Comme quoi, public et privé sont vraiment 2 mondes différents…

privatisation.jpg

8 commentaires sur “Bosser comme contractuelle, c’est tout un art !

Ajouter un commentaire

    1. Oui tu as une vie quoi, alors que quand t’es caissière et que tu te tapes la fermeture, le temps d’arriver chez toi et de te faire à manger, tout ce que tu peux faire c’est regarder la fin du film de 1re partie de soirée (parce que bien sûr t’as raté le début) et ensuite aller te coucher parce que t’es vannée et que demain une nouvelle journée de boulot commence… -_-

      Aimé par 1 personne

      1. En fait, ya que dans les postes administratifs de la FP que tu peux avoir ce privilège, dans mon boulot actuel je finis + tard que ça (et encore je me plains pas, je trouve pas que je finisse excessivement tard…).
        Mais bon, même si c’était cool pour moi de finir aussi tôt, sachant que les autres collègues finissaient à la même heure, voire + tôt, je trouvais inadmissible que les horaires d’ouverture au public ne soient pas plus larges… surtout pour des gens qui ont besoin d’aide !

        Aimé par 1 personne

  1. Je suis arrivée un peu par hasard à faire des missions RH et comme toi, j’ai aimé et voudrais bien y retourner. J’ai toujours l’idée de m’y former mais pour trouver l’employeur, c’est comme chercher le Graal… quoi que Indiana lui l’a trouvé.
    Y en a qui ne sont pas productifs mais ils ont un salaire…

    Aimé par 1 personne

  2. Roh…. Mais c’est quoi ces clichés sur les fonctionnaires? ^^ Non tous les fonctionnaires ne sont pas en pause continuelle, perso moi j’ai pas le droit de prendre de pauses et je dois ruser si je veux aller voir une collègue pour discuter 5 min. J’ai jamais fait grève non plus… Et j’ai quand même bien souffert les 2/3 ères années… Jusqu’à ce qu’enfin j’ai eu quelqu’un pour me seconder sur les tâches manuelles. Faire le distingo public/privé avec l’illustration de la caissière n’est pas judicieux, à mon sens, cela relève plutôt de la comparaison emploi de grande distribution/emploi de bureau. Ma mère bossait dans le privé, et il lui arrivait de jouer à Candy Crush pendant des heures! Quant à la lenteur dans le travail, difficile de juger, quand on exerce le même boulot depuis des années et des années, je pense qu’il est humain de perdre en productivité. En ce qui concerne les RH, je pense qu’on est nombreux à y avoir pensé comme secteur de reconversion. 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Ne t’inquiète pas Elfia je ne généralise pas ! 😉
      Mais franchement dans cette administration-là, c’était vraiment flagrant !
      Certes comparer le métier de caissière avec celui d’agent administratif, c’est peut-être prendre 2 extrêmes, mais à cette époque avant le CCAS je n’avais que bossé dans la grande distrib, donc je ne pouvais pas comparer avec un autre boulot…
      Et je peux te dire que justement, quand tu sors de plusieurs CDD de caissière et que tu te retrouves au CCAS avec la collègue qui vient te voir toutes les 10 minutes « tu sais t’as le droit de prendre des pauses ! », ou qui hallucine parce qu’en 1h t’as traité la moitié des dossiers du perso de catégorie C, forcément tu hallucines…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :